Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Actualité
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
06/12/04 Appel à contribution à l'occasion du numéro spécial sur l'Evolution Artificielle de la revue française TSI
06/121/04 Le programme international ARGO
06/12/04 De nouvelles expériences concernant les implants cérébraux
05/12/04 Nanotechnologies : plus que jamais du nouveau
05/12/04 Ray Kurzweil bientôt immortel ?
02/12/04 Offensive de Microsoft contre les logiciels libres
 

Décembre 2004

Appel à contribution à l'occasion du numéro spécial sur l'Evolution Artificielle de la revue française TSI
JPB/CJ 06/12/04

Logo de l'Association Evolution ArtificielleNous recevons de Pierre Collet, Président de l'Association Evolution Artificielle, une demande d'insérer concernant l'appel à contribution (disponible sur le site http://ea.inria.fr) à l'occasion du numéro spécial sur l'Evolution Artificielle de la revue française TSI (deadline 21 janvier prochain).

De même, la 7ème conférence internationale sur l'Evolution Artificielle (http://www.lifl.fr/~ea2005) se tiendra à Lille en octobre 2005

Pour en savoir plus
Pierre Collet
Maître de Conférences HDR,
LIL - ULCO, BP 719, 62100 Calais Cedex - France
Tel: +33 (0)3.21.46.57.53 Fax: +33 (0)3.21.46.57.51

Pierre.Collet arobase Univ-Littoral.fr ----> http://www-lil.univ-littoral.fr/~collet
Laboratoire d'Info. du Littoral ----> LIL: http://www-lil.univ-littoral.fr

Association Evolution Artificielle http://ea.inria.fr
Numéro spécial TSI sur l'Evolution Artificielle Soumission : 21 jan 05

Euro-GP'05 Deadline : Nov 5th 04
Lausanne, March 30 - April 1st 2005 http://evonet.lri.fr//eurogp2005/

EA'05 (7th Intl. Conf on Artificial Evolution). Deadline : May 2nd 05
Lille, October 26 - 28th 2005 http://www.lifl.fr/~ea2005/

EASEA language home page: http://www-rocq.inria.fr/EASEA
EAsy Specification of Evolutionary Algorithm


Le programme international Argo
JPB 06/12/04


ArgoLe programme international océanographique Argo a été conçu dans les années 1990, pour le compte du Global Ocean Observing System (GOOS).
Il est financé par le World Climate Research Program dans le cadre du Climate Variability and Predictability project (CLIVAR) et du Global Ocean Data Assimilation Experiment (GODAE). Son objectif est de mesurer en permanence la température et la salinité des océans du monde, à la surface et en profondeur (1.000 m. et 2.000 m.) afin de fournir des données utilisables à la fois pour l'océanographie et la météorologie.

Le programme est conduit par une flotte de 3.000 robots dérivants, qui accomplissent un cycle de travail de 10 jours (observations en surface, observations en profondeur, transmission des données à un satellite). Leur durée de vie totale est de 4 ans. L'animation proposée sur le site Argo explique clairement le fonctionnement du système et la répartition des robots. Les robots sont programmés pour fonctionner automatiquement pendant toute la durée de leur vie. Le déploiement des robots (immersion) est assuré par différents navires océanographiques. A ce jour, 1500 robots ont été mis à la mer, ce qui permet de commencer à travailler globalement. Il s'agit d'un bon exemple de coopération internationale destinée à surveiller les paramètres critiques de l'évolution des climats.

L'Europe est bien représentée dans le projet, par l'Ifremer en ce qui concerne la France, l'Allemagne, l'Espagne, la Grande Bretagne et la Hollande. La présidence du programme est assurée par les Etats-Unis (Scripps Institution of Oceanography).

Pour en savoir plus
Le site d'Argo http://www.argo.net/
Photos du déploiement, avec le navire océanographique français Atalante http://www.argo.ucsd.edu/Frpictures.html#2atalante
Le communiqué de Scripps http://ucsdnews.ucsd.edu/newsrel/science/ArgoGould1500.asp


De nouvelles expériences concernant les implants cérébraux
JPB/CJ 05/12/04


Implant vu aux rayons XJusqu'ici réservée à des singes, l'implantation d'électrodes directement dans le cerveau de patients atteints de paralysies motrices plus ou moins étendues se développe. On se souvient que le Pr. Rabischong, dans l'interview qu'il nous avait accordée, s'était dit hostile à ces pratiques, du moins quand existent des terminaisons nerveuses permettant de recueillir un influx. Mais ce n'est pas toujours le cas.

L'université de Wisconsin-Madison a reçu un financement du programme de Neural Engineering relevant du National Institute for Neurological Disorders and Stroke, lequel fait partie des National Institutes of Health. Les chercheurs, à l'occasion d'opérations impliquant des patients volontaires atteints d'attaques cérébrales plus ou moins sévères, ont implanté des électrodes dans des zones supposées commander des mouvements analogues à ceux utilisés pour pratiquer des jeux électroniques. Les malades, après un certain entrainement, ont réussi à diriger des curseurs uniquement par la pensée. L'objectif de ces interfaces cerveau-machine est à terme de commander des appareillages, mais ce ne sera pas avant quelques années, pensent les chercheurs, que des mouvements complexes pourront être obtenus.

Une importante difficulté à résoudre, qui fait aussi l'objet d'essais à l'Université du Wisconsin, consiste à prévenir l'inflammation provoquée par la présence d'une électrode dans le tissu cérébral. Sans être physiologiste, on peut penser que cela sera toujours une difficulté majeure, les réactions de rejet d'un intrant artificiel pouvant prendre de multiples formes.

Pour en savoir plus
Article du Milwaukee Journal Sentinel : http://www.jsonline.com/alive/news/dec04/281287.aspdo


Nanotechnologies : plus que jamais du nouveau
JPB 05/12/04

Le domaine des nanotechnologies est plus que jamais en ébullition. En voici quelques exemples.

Explosion des Chiffres d'affaires prévus :
selon un nouveau rapport de Lux Research Inc, les ventes de produits incorporant les nanotechnologies vont atteindre 2,6 millions de milliards en dix ans, environ 1/6 du PIB mondial. Cette prévision est en hausse sensible sur les estimations précé dentes. Les principaux domaines sont la santé, l’épuration, les matériaux et les TIC.
Voir : Lux Research http://www.luxresearchinc.com/ (accès payant).

Le Congrès Nanotech (8 au 12 mai 2005) à Anaheim, Californie
Congrès NanotechLe Nano Science and Technology Institute NSTI (voir http://www.nsti.org/) organise en mai 2005 un Congrès et une exposition commerciale qui sera consacrée aux nouveaux développements en matière de nanotechnologies . La page www.nanotech2005.com en donne un premier aperçu. On peut mesurer combien en un an les domaines de recherches et solutions appliquées ont progressé. Le nombre et la qualité des intervenants déjà inscrits est considérable. Nous ne pouvons pas ici entrer dans le détail des thèmes qui seront présentés. Il faut se rendre sur le site et analyser en détail les pages relatives à chacun de ces domaines.

Les nanomatériaux fluides. Un symposium mérite cependant d’être évoqué, car il aborde une nouveauté. C’est celui qui sera consacré aux « Nanofluides » ou « Nano-matériaux fluides » (Nano-structured Fluids) . De quoi s’agit-il ? Dans un fluide, contrairement à ce qui se passe dans un matériau solide, les molécules peuvent se mouvoir et s’assembler librement en structures nanométriques. Les industries alimentaires, chimiques, cosmétiques exploitaient depuis longtemps cette propriété, sans en connaître les modalités. Aujourd’hui, connaître les conditions de l’auto-assemblage dynamique de nanocomposants débouchant sur la création de morphologies complexes à l’échelle nanométrique représente une voie d’avenir très prometteuse. Ainsi IBM étudie la capacité d’auto-assemblage de polymères afin de créer des structures nanométriques destinées à des applications électroniques.
On parle d’un nouveau type de matière, dite « soft condensed » contrairement à la matière solide qui est « hard condensed ». Les biologistes observent que c’est de cette façon que dans la nature les structures vivantes créent des matériaux complexes, tels les os, sans appel à d’importantes sources d’énergie et à des processus de synthèse chimique lourds. Observons qu'à ce symposium participeront, outre les chercheurs américains, des scientifiques venus d’Israël, du Japon et de Suisse.
Voir http://www.nanotech2005.com/Nanotech2005/symposia/nanofluids.html


Ray Kurzweil bientôt immortel ?
JPB 05/12/04

Couverture du livre "Fantastic Voyage : Live long Enough to Live foreverLe futurologue Ray Kurzweil explique dans le Boston Globe qu’âgé aujourd’hui de 56 ans, il peut espérer vivre quasi éternellement s’il se préserve en bonne santé dans les 20 prochaines années. D’ici là les biotechnologies, les nanotechnologies et la robotique auront permis de remplacer tout ce qui sera déficient dans le corps humain. C’est ce qu’il détaille dans un nouveau livre publié ce mois-ci conjointement avec le Dr. Terry Grossman, spécialiste de la longévité : Fantastic Voyage: Live Long Enough to Live Forever. Rêve ou réalité. Nous ne manquerons pas d’en parler ici.

Le généticien Aubrey de Grey, de Cambridge, explique comment faire. Son projet SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) détaille les différentes procédures permettant de vivre à peu près 1000 ans. Il travaille déjà concrètement le thème sur des souris. Un prix Methuselah Mouse a été lancé pour encourager les recherches. Le Dr. de Grey aborde évidemment tous les aspects sociologiques et philosophiques sous-jacents à ces recherches, provoquant comme on le devine certaines controverses. La lecture de ses écrits est vivement recommandée. On constatera au vue de sa photo que s'il ne vit pas lui-même 1.000 ans, sa barbe est bien partie pour battre des records de longévité.

Pour en savoir plus
L'article du Boston Globe :
http://www.boston.com/news/globe/magazine/...
Article de la BBC sur Aubrey de Grey : http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk/4003063.stm
La page de Aubrey de Grey : http://www.gen.cam.ac.uk/sens/AdGbio.htm
Textes de Aubrey de Grey (pdf) : http://www.gen.cam.ac.uk/sens/AdGpubs.htm


Offensive de Microsoft contre les logiciels libres
JPB/CJ 02/12/04

Microsoft semble entrer dans une phase active de son combat contre le logiciel libre et contre les sociétés qui veulent en faire usage (aux rangs desquels on trouve notamment IBM). Il s'agit pour lui de préserver le quasi monopole qu'il s'est donné aussi bien dans les administrations et les entreprises que le grand public, place qui lui ouvre des possibilités de contrôle des flux d'informations individuels et gouvernementaux, ainsi que d'une bonne partie des usages qui en sont faits.

On constate actuellement le lancement de plusieurs offensives coordonnées.

* L'action médiatisée auprès des dirigeants et décideurs
C'est notamment le tour d'Europe que vient de réaliser Bill Gates, avec des haltes au plus haut niveau en France et en Espagne. Dans ce premier pays, le passage de la Ville de Paris au logiciel libre, qui semble dorénavant engagé non sans résistances internes par le maire, sera vécu par beaucoup d'autres collectivités comme un exemple à suivre. L'Espagne, pour ce qui la concerne, est le seul pays ayant voté contre la version de la directive légalisant les brevets logiciels, telle que retenue par le Conseil. Il s'agit de deux dossiers très importants pour Microsoft. Bill Gates a rencontré le président Jacques Chirac ainsi que le Ministre Espagnol de l'Industrie, lequel aura à donner les instructions à son représentant lors des votes ultérieurs au Conseil. On connaît par la presse les grandes lignes des propos de Microsoft. Il s'est présenté comme un acteur actif de la lutte contre la fracture numérique. C'est le même discours qu'il a tenu à l'UNESCO. (voir http://april.org/articles/communiques/pr-20041119.html)

* Une relance de la bataille pour les brevet
Lors d'une réunion tenue au sein de l'Asian Government Leader Forum, le président de Microsoft, Steve Ballmer, a invité tous les gouvernements au monde à considérer les risques juridiques consécutifs à l'utilisation du système d'exploitation Linux et des logiciels libres en général. Ceux-ci violeraient de nombreux brevets, ce qui pourrait entraîner des poursuites contre les auteurs et surtout contre les utilisateurs. De l'avis de juristes indépendants, il s'agit là de manoeuvres d'intimidation qui seraient inapplicables, non seulement de fait, mais en droit.
(http://solutions.journaldunet.com...).

Ceci contredit le discours des représentants de Microsoft selon lesquels il est tout à fait possible de faire coexister logiciels propriétaires et logiciels libres. C'est ce discours qui a été repris par Bill Gates lui-même devant les représentants des administrations françaises lors d'un raout offert dans les salons Gabriel le 17/11/04. Mais la menace a l'avantage de mettre en lumière l'intérêt essentiel que présente pour les développeurs et utilisateurs européens la non-brevetabilité des logiciels. Les décideurs politiques, surtout en Europe, devraient absolument se persuader qu'accepter cette brevetabilité, comme semblent le vouloir la Commission et beaucoup de gouvernements, serait une décision politique aux répercussions considérables car elle engagerait l'avenir de l'Europe comme puissance technologique et culturelle à travers la maîtrise de ses flux d'informations. Il est évident en effet que seuls les grands éditeurs américains de logiciels, Microsoft le premier, pourront faire breveter l'ensemble du champ des applications possibles, ce qui éliminera toute concurrence venant des éditeurs ou des communautés d'utilisateurs européens. Pour ceux-ci l'Open Source représente la seule possibilité de survivre de façon indépendante.

* les attaques directes contre les projets Open Source/Libres
Le cas récent de SCO en est à ce jour l'exemple le plus évident. Il s'agit pour Microsoft, comme avec le discours de Balmer, d'essayer d'enrayer par la peur les mouvements de migration hors de la sphère Microsoft. SCO est une entreprise de logiciel qui attaque des utilisateurs de produits Linux au prétexte que ces produits violeraient des brevets que SCO aurait déposés ou aurait rachetés. De nombreux observateurs pensent que SCO dans cet affaire agit en partie pour le compte de Microsoft.
http://solutions.journaldunet.com/0403/040308_sco.shtml http://solutions.journaldunet.com/0403/040315_sco_microsoft.shtml.

* Quatrième action : afin d'éteindre toute contestation possible, Microsoft utilise ses importantes ressources propres pour négocier avec ses détracteurs et éteindre toutes les plaintes en abus de position dominante
L'accord avec Sun, pour plus 1,5 milliards d'Euros au total, est exemplaire. Même le dénouement de l'action engagée par l'Union Européenne contre Microsoft peut être considéré comme une victoire pour la firme, car les attendus du jugement stipulent qu'en l'échange des informations permettant l'interopérabilité avec le monde Microsoft, cette dernière est en droit de percevoir une contrepartie "raisonnable et non discriminatoire" (RAND), le terme même utilisé par Microsoft pour justifier de faire payer les développeurs de projets de logiciels libres, qui ne le peuvent pas, afin d'empêcher l'interopérabilité entre le monde Microsoft et le monde du Libre.

Mais ne se laissent intimider que ceux qui le veulent bien. Les grands pays asiatiques promoteurs du Joint Open Source Asian Project n'en ont cure. C'est ainsi que le C-DAC, Center for Development of Advanced Computing, en Inde, vient de signer un accord de 3 ans incluant IBM et ITT pour développer des logiciels en Open Source, y compris dans le domaine très important des mobiles http://www.cdacindia.com/html/press/4q04/spot440.asp Le même C-DAC lance le «janabhaaratii project» autre projet en Open Source destiné à produire des suites logiciels en langage indien. http://www.cdacindia.com/html/press/4q04/prs_rl158.asp
Il ne s'agit là que de deux exemples parmi de nombreux autres. Vu l'importance des marchés indiens, chinois et japonais, ces projets constituent la plus grande des menaces contre Microsoft. La firme de Redmont ne peut guère s'y imposer en force, comme elle l'a fait dans les Amériques et en Europe.

* Cinquième action: l'offensive de Microsoft dans le domaine des Solutions Business, secteur éminemment stratégique concernant le coeur de l'informatique industrielle et de développement des grandes entreprises
Microsoft avait passé en mai dernier un accord avec l'européen SAP afin que celui-ci adapte ses progiciels à .Net, la plateforme "industrie" de Microsoft. Etablie à Walldorf en Allemagne, SAP est le premier fournisseur mondial de solutions Business collaboratives pour toutes les industries. Elle est aussi le premier fournisseur mondial de logiciels inter-entreprises et le troisième fournisseur mondial de logiciels. Elle emploie aujourd'hui plus de 28 900 personnes dans plus de 50 pays.
Après SAP, Microsoft vient de s'allier avec Dassault Systèmes. Cette entreprise s'occupe notamment de la modélisation (industrielle) en 3D et dispose d'un important réseau technologique (voir http://corporate.3ds.com/fr/communities/index.asp)
. A l'intérieur de Dassault systèmes, on trouve notamment Dassault systèmes Solutions, entité commerciale créée pour proposer les logiciels Dassault Systèmes en France, Bénélux et Suisse. Microsoft a conclu une alliance d'envergure le 17 novembre avec Dassault Systèmes (voir le communiqué commun http://corporate.3ds.com/fr/press/...). Les deux éditeurs se sont engagés à développer des solutions communes au cours des 5 prochaines années. Le tout afin d'optimiser les outils de conception 3D et de la gestion du cycle de vie des produits (Product Life-cycle Management) de Dassault Systèmes pour qu'ils fonctionnent en symbiose parfaite avec les logiciels d'infrastructure de Microsoft (Windows Server,SQL Server), basés sur la technologie .Net. Nous renvoyons pour les détails au communiqué référencé ci-dessus.
Pour Windows, inutile de dire que l'opération est stratégique: il s'agit de faire de .Net, le "moteur logiciel" de l'industrie. Ainsi, grâce à ces partenariats, Microsoft augmente la valeur ajoutée de sa plate-forme en la rendant compatible avec des applications clés de l'industrie. Ceci va lui permettre d'augmenter ses ventes de logiciels d'infrastructures. C'est aussi le bon moyen de bien se positionner dans le domaine des services Web (Web services), ces logiciels qui doivent permettre aux entreprises de travailler ensemble, via Internet et qui font l'objet d'une intense bataille de standard... Les éditeurs disposant de nombreux partenariats multiplient ainsi leur chance de l'emporter. Mais surtout, la disponibilité d'applications incontournables sur .Net est aussi une façon de résister à la montée en puissance des logiciels libre. Il faut savoir que jusqu'à ces dernières années, les industriels utilisaient avant tout des plates-formes, s'appuyant pour la plupart sur des systèmes UNIX. Aujourd'hui, deux camps s'affrontent : l'environnement.Net de Microsoft, et ceux s'appuyant sur Java (langage de programmation), soutenu par IBM et son offre "Websphere".


Automates Intelligents © 2004

 

 


   Sur le site
Sur le web   

 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Assocation Automates Intelligents
Mention légale Mention légale CNIL : 1134148