Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Actualité
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 

28/02/15 La blockchain, révolution ou arnaque ?

11/02/16 Un cerveau artificiel russe

11/02/16 Facebook "Big Brother" est dans le collimateur de plusieurs pays

11/02/16 Peintures au plomb

09/02/15 L'athéisme islandais, un exemple à suivre

06/02/16 JR Maglev : le train le plus rapide du monde

Février - mars 2016

La blockchain, révolution ou arnaque ?
Jean-Paul Baquiast - 28/02/2016

On lit sur la page d'accueil de ce site, dédié à la promotion en France de la technologie dite blockchain, les paragraphes suivants:


"La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Par extension, une blockchain constitue une base de données publique, sécurisée et distribuée (c’est-à-dire partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire). Cette blockchain (« chaîne de blocs ») contient l’ensemble des échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création, échanges dont chacun peut vérifier la validité (c’est-à-dire vérifier depuis son ordinateur si la chaîne est bonne ou si quelqu’un a tenté d’y glisser un « faux »).".

Rappelons que le recours à cette formule par les promoteurs de la monnaie numérique dite "bitcoin"s'était heurtée à la multiplication des fraudes et fausses monnaies provenant d'habiles "hackers". Le bitcoin y a gagné une réputation sulfureuse qui, selon les informations que nous en avons, ne lui a pas permis de s'implanter vraiment hors des pays pauvres dépourvus d'infrastructures bancaires et commerciales. Les banques ont été accusées de ce forfait. Mais...

En sera-t-il de même pour la blockchain dans la perspective des développements sociétaux multiples que fait miroiter le site ? La question mérite d'être posée et discutée sérieusement. Nous ne sommes pas capables ici à ce stade de le faire. Nous pourrions en attendant faire une réponse de principe politiquement orientée, certes, mais qu'il faudra des arguments sérieux pour démentir.

Dans un monde comme le nôtre où 5% d'hyper-riches et super-puissants dominent les 95% restant, il y a tout lieu de penser que ces 5% feront de la technologie blockchain, comme ils le font de toutes autres technologies, un moyen de plus pour maintenir leur domination. Si parmi les « utilisateurs, il se trouvait quelques courageux aventuriers pour mettre celle-ci au service de la défense de leurs légitimes intérêts, on peut craindre que ces tentatives soient très vite neutralisées ou récupérées.

Ceci dit, si des cas crédibles démontraient qu'il n'en est rien, nous serons les premiers à en faire écho. Pour le moment, les exemples proposés par le site nous ont laissé sceptiques. Derrière l'or, il faut voir la réalité.

@Automates intelligents


Un cerveau artificiel russe
Jean-Paul Baquiast - 11/02/2016
Merci à Roger G. qui nous signalé l'article

Le site russe Russia beyond the headlines annonce qu'un groupe de scientifiques russes est en train de développer des machines pensantes qui devraient être bien plus performantes que les projets de cerveaux artificiels aujourd'hui connus.

La machine pensante russe, qui devrait être opérationnelle dans 5 ou 6 ans, disposera de mémoires associatives capables de synthétiser les nouveaux savoirs, chercher les meilleurs réponses aux problèmes posés, appliquer les connaissances acquises dans des contextes différents. Elles pourront accomplir leurs tâches en faisant appel à une pensée abstraite s'appuyant sur la déduction et à l'induction.

La prudence imposerait d'attendre les premières réalisations pour voir ce qu'il en sera. Les mauvais esprits diront qu'il s'agit de simple “intox”. Pour notre part, nous pensons qu'un pays tel que la Russie appliquant ses ressources scientifiques à la solution de questions d'intérêt général, sans obligation de retour commercial immédiat, pourra faire beaucoup mieux qu'en Occident, où ces questions sont monopolisées par les Google et autres Facebook.

Si l'Europe voulait récupérer un peu d'indépendance dans le domaine scientifique, elle devrait suivre cet exemple.

Référence :

Russia beyond the headlines

@Automates intelligents


Facebook "Big Brother" est dans le collimateur de plusieurs pays
Par Guillaume Delacroix et Jérôme Hourdeaux - 11 février 2016

Depuis mars dernier, les Cnil européennes ont lancé une enquête sur le géant américain et des procédures sont en cours dans cinq pays. En France, la CNIL et la DGCCRF mettent en demeure le réseau social sur l'utilisation des données personnelles, entre autres, et la surveillance généralisée des utilisateurs. En Inde, le gouvernement décide d'arrêter son projet d’application Free Basics visant à offrir un accès à internet gratuit, mais filtré, dans le pays.

Article de Médiapart


Peintures au plomb
Jean-Paul Baquiast - 09/02/2016

Aux Etats-Unis, à la suite des graves intoxications subies par la population de Flint près de Détroit, l'opinion a fini pas se sensibiliser aux dangers provoqués par le plomb utilisé dans les canalisations d'eau, les peintures et divers autres produits de grande consommation. De nombreuses autres villes se révèlent aujourd'hui bien plus atteintes que Flint.

En principe interdit par certaines autorités, le plomb est resté et reste encore utilisé sous de nombreuses formes. Le groupe de pression représentant les puissantes industries du plomb (International Lead Association) continue à en minorer les effets et à promouvoir des utilisations présentées comme écologiquement responsables.

Malgré des diagnostics de plus en plus alarmants, et l'émotion de divers médias et associations, la question n'est pas encore évoquée par les candidats aux élections à la Maison Blanche, sauf d'une façon assez timide par le « socialiste démocrate » Bernie Sanders. Il devrait pourtant s'agir d'une question de société, qui exigerait des réformes profondes dans l'ordre social actuel.

En France, les institutions ont publié des mises en garde, mais le moins que l'on puisse dire est qu'elles ne trouvent pas beaucoup d'échos, sinon de principe. Ceci ni parmi les collectivités locales concernées par l'habitat, ni parmi les représentants de propriétaires ou de locataires. On ne voit d'ailleurs pas pour le moment sur quels budgets seraient imputées les dépenses importantes qui restent à faire pour éliminer les vieilles canalisations et les vieilles peintures.

Cependant, serait-il décent en Occident de s'inquiéter de ces empoisonnement, alors qu'en Inde, par exemple, des centaines de milliers d'enfants de moins de 10 ans travaillent dans des mines plus toxiques les unes que les autres sans inquiéter personne.

Lire

* WSWS. Cities and towns across the US suffer lead poisoning rates worse than Flint
* Source d'exposition au plomb
* Peinture au plomb : que faire ?

@Automates intelligents


L'athéisme islandais, un exemple à suivre
Jean-Paul Baquiast - 09/02/2016

Selon une étude réalisée par la société Maskína, 93.9% des Islandais ayant moins de 25 ans estiment que l'univers est issu du Big Bang, et 6,1% préfèrent d'autres théories ou n'ont pas d'opinion à ce sujet.

Il y a 20 ans, 90% des Islandais se déclaraient croyants, alors qu'aujourd'hui cet indice ne s'élève qu'à 50% de la population. Les experts estiment que cette tendance s'explique par la hausse du niveau d'éducation et par les progrès scientifiques.

On peut se demander pourquoi la raison popularisée en Europe par le Siècle des Lumières a plus particulièrement convaincu les Islandais. Il est vrai que des statistiques portant sur la population française ne donnent pas de résultats très différents. Des îlots de bon sens dans un océan d'obscurantisme...

Source
Iceland Magazine

@Automates intelligents


JR Maglev : le train le plus rapide du monde
Christophe Jacquemin - 06/02/2016

JR MaglevUne véritable révolution ferroviaire :
la compagnie Central Japan Railway a développé le JR Maglev, un prototype de train à sustentation magnétique dont des essais ont permis d'atteindre la vitesse de 603 km/h (soit 10 km en une minute(1)), ceci étant obtenu grâce à la lévitation permettant de s'affranchir de tout phénomène de frottement.

Selon la compagnie, ce train du futur deviendra réalité en 2027 entre Tokyo et Nagoya. Il devrait rouler en moyenne à 500km/h dans le cadre d'une exploitation commerciale (contre actuellement 320 km/h pour le TGV français(2)) et relier Tokyo à Nagoya en 40 minutes contre 1h35 actuellement.

La création de la ligne est estimée à quelque 70 milliards d'euros. Les prix des billets devrait également être élevé pour permettre à l'entreprise de rentabiliser rapidement ses investissements.

(1) Le JR Maglev a atteint cette vitesse durant 19 secondes
(2) A noter qu'un véhicule d'essai TGV a atteint 574,8 km/h, le 3 avril 2007. Un record qui a tenu plus de huit ans.

Quatre molécules organiques ont été découvertes par le robot Philae, sur la comète Tchouri. Selon les scientifiques, elles entrent dans une chaîne d'évolution chimique pouvant aboutir à la formation de briques élémentaires de la vie.

"On découvre quasiment tout ce qu'on ignorait avant sur un noyau cométaire", (...) Et rien de ce qu'on voit ne correspond réellement à ce qu'on pouvait imaginer d'une comète, depuis sa structure globale et à petite échelle aux propriétés physiques et à sa composition (...) Nous sommes convaincus que Philae va nous faire avancer considérablement sur l'origine de la vie sur notre planète et aussi sur le fait de savoir si elle est fréquente ou pas dans l'Univers. explique Jean-Pierre Bibring, professeur à l'Université Paris-Sud, responsable scientifique de Philae

Dans la mesure où les comètes n'ont pas subi de changement depuis l'émergence du système solaire on peut déduire de ces observations que ces composés organiques cométaires étaient déjà agglomérés sous forme de grains de plusieurs millimètres comme ce que l'on voit sur Tchouri. Les scientifiques pensaient jusqu'alors que seulement de petites molécules organiques étaient piégées dans la glace des noyaux cométaires. Ils estiment aujourd'hui que de tels grains - qui en se retrouvant dans les océans de la Terre et peut-être sur d'autres planètes ailleurs dans le système solaire, pourraient avoir favorisé l'émergence de la vie.

© Automates Intelligents


Automates Intelligents © 2016

 

 


   Sur le site
Sur le web   

 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Assocation Automates Intelligents
Mention légale Mention légale CNIL : 1134148