Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Biblionet
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives

Gravity's Engines

Phi, a voyage from the brain to the soul

A propos du livre Mindful Universe

La médecine personnalisée

13 Février 2003
Notes par Jean-Paul Baquiast

Les Robots

Couverture du Que sais-je "Les robots"

Les robots

Cyril Fiévet

Que sais-je, PUF, oct. 2002, 150 pages


Cyril Fiévet est ingénieur en informatique et journaliste, spécialisé dans la recherche en technologies avancées.

cyril@robotslife.com

Le Que sais-je consacré par Cyril Fiévet aux robots répond bien aux ambitions de cette collection célèbre. Il donne en 125 pages un aperçu complet du monde devenu foisonnant de la robotique. Les 6 chapitres permettent aux ignorants du domaine de tout apprendre pour ne plus l'être (ignorants). Bien mieux, même pour ceux qui pensent connaître le passé, le présent et le futur de la robotique, l'ouvrage regorge d'informations utiles à connaître. Entre autres mérites, le livre se caractérise en effet par son actualité. Publié en octobre 2002, il fournit des informations pertinentes sur des développements survenus au début de cette année, ce qui suppose une importante base de données, et une actualisation permanente de celle-ci. Ainsi se trouve relativement évité le désavantage du livre par rapport à l'information en ligne, sa lenteur de mise à jour. On ne peut que souhaiter de fréquentes mises à jour. Pour conclure cette présentation, il s'agit d'un guide utile, très clair, que tout le monde devrait avoir dans sa bibliothèque (je dirais plutôt dans ses toilettes car c'est là, à l'heure de l'ordinateur, que l'on prend encore le temps de lire).

Classiquement, l'ouvrage commence par un premier chapitre consacré à l'histoire de la robotique. Il présente ensuite en 4 chapitres les 4 grandes familles identifiées par l'auteur au sein de cette nouvelle espèce évolutive : robots industriels, domestiques, aventuriers (ou explorateurs), anthropomorphes. Il ne faut pas trop trancher entre catégories, car les développements robotiques sont très polyvalents, et les fonctionnalités d'aujourd'hui ne seront certainement plus celles de demain. Mais il était utile de mettre un peu d'ordre dans la présentation. Un dernier chapitre évoque l'avenir des robots, dans un monde où se conjugueront pour faire progresser la robotique proprement dite les trois révolutions par ailleurs en cours, des composants et matériaux, de l'Intelligence artificielle et d'une connaissance de plus en plus approfondie de la vie et de l'homme.

Le livre marque bien par ailleurs, mais sans que l'auteur y insiste comme il faudrait,  selon nous, le phénomène très inquiétant pour l'Europe que constituent les investissements considérables accomplis par les Etats-Unis et par le Japon dans la robotique. En ce qui concerne les Etats-Unis, ce sont actuellement les études à fins militaires qui sont le principal moteur du développement exponentiel d'engins robotiques de plus en plus autonomes et intelligents. L'exploration spatiale constitue l'autre moteur. Pour le Japon, les motivations sont autrement complexes. Comme cela a souvent été souligné, ce pays semble poursuivre dans la robotique un rêve de suprématie aux composantes pas toujours claires, comme si les Japonais se projetaient inconsciemment dans des alter-ego susceptibles de leur permettre de fuir les contraintes sociologiques et politiques propres de leur société.

Malheureusement, l'Europe, et plus particulièrement la France, ne font appel à aucun de ses ressorts. Nous sommes en train de nous faire éliminer d'un monde où les robots seront devenus aussi omniprésents demain que les automobiles aujourd'hui. En dehors de quelques pionniers à qui on dispute les chercheurs et les crédits, au Lip6 ou à l'Inria, on ne peut pas dire que ces questions soient prises en considération par nos scientifiques ni leurs tutelles. L'auteur ne souligne pas assez, pensons-nous, cet aspect catastrophique des choses. De ce fait, il ne creuse pas les raisons profondes qui nous tiennent éloignés de tels développements : ignorance et incompétence technologique des décideurs publics et privés, notamment ; persistance sans doute aussi de vieux réflexes religieux pour qui l'esprit est distinct du corps et constitue un domaine d'immanence au sein duquel la science ne doit pas s'aventurer. Les mels que nous recevons montrent cependant que de nombreux jeunes d'âge scolaire, y compris dans les banlieues, s'intéressent déjà en France à la robotique ludique ou pédagogique, et pourraient former des bataillons de brillants concepteurs s'ils étaient un peu plus encouragés par le système.

Observations

On est tenté, quelle que soit la taille volontairement réduite d'un livre, de vouloir y trouver davantage que ce que l'auteur a voulu y mettre. Ce qui suit n'est donc pas du tout un reproche, mais un simple complément, auquel nous sommes persuadés que Cyril Fiévet acquiescerait. Pour nous, qui avions inauguré il y a deux ans notre magazine en ligne autour de la robotique, nous avons vu avec une certaine inquiétude toutes les disciplines progressivement explorées et transformées, pour ne pas dire cannibalisées, par le paradigme de l'évolution artificielle. Celui-ci a été popularisé par les roboticiens purs tels Rodney Brooks, mais aussi par tous les informaticiens pratiquant l'evolving computing, c'est-à-dire la fabrication de systèmes informatiques multi-agents auto-adaptatifs. Cela est en train de donner non seulement des robots évolutionnaires (capables d'auto-apprentissage à partir d'un corps en interaction avec un milieu) mais aussi de systèmes de conscience artificielle, embarqués sur ces robots ou en réseaux, qui seront à terme capables de sentir et penser, différemment de l'homme, mais aussi bien, sinon mieux. De plus ce paradigme éclaire ce que l'on ne voit pas assez, aveuglés que nous sommes par l'anthropomorphisme, les profondes homologies qui existent entre de tels systèmes artificiels évolutionnaires et les performances réalisées, avec des matériaux tous différents, par la vie, de la bactérie aux grands singes.

En fait, aujourd'hui, comme le montrent bien ceux qui réfléchissent aux sciences de la complexité, c'est toute une " histoire " qui est en train de prendre forme et qui transformera à jamais notre connaissance de l'univers et celle de notre action dans celui-ci. Cette histoire débouchera, on peut l'espérer, sur l'apparition d'espèces d'homo sapiens artificialis bien mieux accordés à l'univers que les hommes d'aujourd'hui enfermés sur leurs préjugés et incompétences.

Mais arrêtons-nous là, nous sortirions du cadre qui convient à la présentation d'un excellent petit livre (lequel n'oublie pas de mentionner notre revue dans sa bibliographie... contrairement à beaucoup).


Automates Intelligents © 2003

 




 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents
Mention légale CNIL : 1134148