Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Echanges
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Billets/Articles
"Monitoring" de la planète - Les drones
NTIC et combat pour la démocratie
Privatisation de l'espace
War games at Crypto-city

4 novembre 2004
par Jean-Paul Baquiast

Révolution dans l'optique

On sait que les caméras numériques remplacent progressivement les appareils classiques, tant dans la photographie que dans le cinéma -ce qui oblige d'ailleurs les fabricants de films tels Kodak à de douloureuses reconversions. Mais on connaît moins la petite (ou grande) révolution qui affecte les caméras numériques. Leur taille et leur coût diminuent sans cesse, tandis qu'augmente en contrepartie leur sensibilité. Les premières caméras grand public atteignaient 300.000 pixels, alors qu'aujourd'hui les caméras embarquées dans les téléphones mobiles permettent de saisir 3 millions de pixels (3 mégapixels) et les caméras professionnelles 16 mégapixels. Nous ne mentionnons pas ici les caméras utilisées dans les télescopes terrestres ou en orbite, civils et militaires, qui atteignent les gigapixels, mais celles-ci n'étant pas encore mises à la disposition du grand public.

L'évolution technologique se traduit par une inflation de la demande émanant des consommateurs. La partie la plus visible du marché en train de se créer concerne les mobiles téléphoniques. Au Japon et même en Europe, les nouveaux produits incluent presque tous une caméra permettant d'envoyer et recevoir des photos par le réseau. Le passage à l'Internet haut débit sur mobiles accroîtra encore les possibilités d'utilisation.

Plusieurs questions découlent de ce phénomène. Les unes concernent la technologie, les autres les usages. En matière de technologie, le point le plus marquant est le remplacement des optiques classiques par d'autres solutions. L'exigence d'une grande sensibilité impose aux lentilles classiques (souvent composées d'une douzaine d'éléments) des contraintes en matière d'adaptation de la distance focale qui se heurtent très vite à des limites à la fois physique et économique. Dans le même temps, la capacité de stockage des CCD ne cessait d'augmenter. Il a donc fallu inventer des solutions optiques nouvelles. Il s'agit de ce que l'on pourrait appeler la lentille liquide. Une goutte de liquide placée sur une plaque et soumise à une charge électrique voit sa forme se modifier selon l'intensité du courant. Des lentilles de ce type permettent de réaliser des zooms très puissants, de façon économique et robuste.

C'est la firme lyonnaise Varioptic qui a développé cette technologie et qui la commercialise à divers grands clients, notamment le coréen Samsung. Il s'agit d'une solution polyvalente pour de très nombreuses applications : caméras de tous types, équipement médical, identification (sécurité) et automobile. Le développement technologique et industriel de Varioptic est aussi liée aux capacités de financement dont il a pu bénéficier à sa création et depuis lors. Un grand concurrent, Philips, expérimente également cette technique.

Une autre façon de miniaturiser la saisie optique est d'utiliser un réseau de diodes sensibles à la lumière, formant l'équivalent d'un œil d'insecte. Cette technologie est développée au sein du Fraunhofer Institute for Applied Optics à Iéna, Allemagne. Le prototype mesure de 0,4mm d'épaisseur. (http://www.iof.fhg.de/index_e.html).

téléphone mobile permettant faisant également également office d'assistant personnel, de lecteur audio MP3,  lecteur de vidéo , appareil photos...On considère généralement que la mise en place d'une caméra dans un mobile téléphonique et l'envoi d'images fixes ou animées à des correspondants n'a qu'un intérêt ludique. C'est en partie vrai actuellement du fait de la mauvaise définition des images. Mais il serait trompeur de sous-estimer les retombées de ces pratiques. Les jeunes qui auront acquis une grande familiarité avec de tels systèmes seront bien plus disposés que leurs aînés à entrer dans une civilisation où l'image sera partout, y compris dans les univers virtuels, compléments incontournables des univers réels.

Par ailleurs, au plan professionnel, comme l'indique Varioptic sur son site, les personnes équipées de telles caméras pourront enrichir considérablement leurs possibilités de travail à distance. Des photocopieurs intelligents pourront saisir et analyser en ligne des documents ou des objets (étiquettes, empreintes digitales) en liaison avec une centrale de traitement des données. Les urgentistes pourront également transmettre à fin de pré-diagnostic l'images de blessures ou accidents corporels. D'une façon générale, la caméra optique par téléphone deviendra le complément indispensable du télétravail en temps réel.

Ceci ne manque pas évidemment de susciter des inquiétudes. On parle déjà d'un envahissement de la vie professionnelle, d'une prime donnée aux indiscrets sinon aux malveillants, avec possibilité de piratages et chantages multipliées. Mais l'évolution de la technologie et des usages ne s'arrêtera pas pour autant.

Pour en savoir plus
Varioptic : http://www.varioptic.com/v3/index.php
Dossier du NewScientist 16 octobre 2004, p. 24


© Automates Intelligents 2004

 





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents