Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Echanges
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Billets/Articles
Google, le jeu de Go et l'avenir de l'humanité
Quelle France pour 2045 ? Essai de prospective et de préconisation
Des systèmes cyber-physiques au système Méta, une Méta-dictature coole
Défense intérieure face à ébola : nous ne sommes pas prêtss

29 octobre 2014
par Jean-Paul Baquiast

Défense intérieure face à Ebola : nous ne sommes pas prêts

Vous pouvez réagir à cet article sur
http://www.facebook.com/automates.intelligents

NB. Nous ne défendons ici que les informations ou opinions données à la date de cet article, soit le 29/10. Dans un domaine aussi évolutif et sensible, il faut se tenir prêt à prendre en compte d'autres opinions et informations, si elles paraissent crédibles...

Le 18 octobre 2014, le secrétaire à la Défense américain Chuck Hagel a ordonné au commandant du Northern Command (zone militaire de défense à l'intérieur des Etats-Unis), de mettre en place un corps expéditionnaire d'assistance médicale composé de 30 personnes convenablement entraînées. Ce dispositif devra fournir sur demande une assistance d'urgence et de courte durée aux médecins civils exerçant sur le territoire de l'Union. Il sera composé de 20 soignants, entrainés à l'intervention dans les situations critiques, de 5 médecins habitués à combattre les épidémies et de 5 spécialistes dans la mise en oeuvre des protocoles anti-épidémiques. Une fois formés, ces personnels devront se tenir prêts à intervenir sur n'importe quel point des Etats-Unis, sur la base d'un statut de 30 jours renouvelables. Ils n'opéreront pas en dehors des Etats-Unis.

quarantine

Mais pourquoi des militaires ? Il serait tendancieux pensons-nous d'y voir comme cela a déjà été dit une volonté de militariser la société américaine. Faire appel à l'armée est une solution d'urgence pratiquée par tous les gouvernements quand il s'agit de renforcer au moins temporairement les moyens de défense civils.

Cette mesure est donc à distinguer de la récente décision de Barack Obama, destinée à doter l'Africa Command d'un contingents de 50 militaires (voire beaucoup plus aux dernières informations) susceptibles d'intervenir dans les pays africains touchés par l'épidémie, en priorité d'ailleurs au profit des moyens militaires américains basés dans ces pays. Cette annonce a fait non sans raisons l'objet de polémiques. Prise semble-t-il sans consultation sérieuse des autorités de santé, tant américaine qu'africaines ou internationale (OMS), elle a été présentée comme la volonté de réintroduire l'influence du Pentagone dans des pays qui avaient explicitement refusé d'héberger l'Africa Command, dont le siège s'est retrouvé faute de mieux en Allemagne.

La décision de Chuck Hagel pose par contre directement la question de savoir si, sur le territoire européen, des corps expéditionnaires de même nature ne devraient pas être mis en place par les ministères de la défense des pays de l'Union, tous également menacés tôt ou tard par l'épidémie. Beaucoup plus généralement, Il convient de se demander si les mesures actuellement prévues, y compris dans des pays comme la France qui s'estiment bien protégés, seraient satisfaisantes pour contenir un nombre de cas pouvant dans les prochains mois se multiplier.

Pour répondre à cette question, examinons les principaux points nouveaux récents à prendre en compte dans l'évaluation des risques.

Cas déclarés

Leur nombre ne cesse d'augmenter dans les 3 pays de l'ouest africains initialement touchés. On trouvera facilement les évaluations, évoluant tous les jours, sur divers sites crédibles. Les polémiques, qui ne manquent pas dans ce domaine particulièrement sensible, font valoir que quelques milliers de décès (à ce jour) sont sans gravité au regard des centaines de milliers imputables à la malaria, ou aux millions dus à la mal nutrition. Mais il faut comparer ce qui est comparable. Ni la malaria ni la malnutrition ne se développeront de façon épidémique. Dans le cas d'une épidémie, les risques de progression pourraient être très rapides, voire exponentiels, si aucune action de prévention ne se révélait efficace. Les morts s'ajouteront à ceux résultant d'autres fléaux.

Différentes autorités ont annoncé depuis plusieurs semaines que l'épidémie était devenue incontrôlable, au moins dans les pays touchés. Ces annonces, une fois de plus (nous y reviendrons) ont été présentées comme des manœuvres politiques ou économiques (venant des firmes pharmaceutiques). S'agirait-il d'enfermer l'Afrique dans un ghetto, ou de vendre davantage d'anti-virus? Toutes les mauvaises intentions sont possibles. Il reste que les morts sont les morts, et que ceux prétendant que l'ampleur de l'épidémie est très largement exagérée n'iront pas faire du tourisme, à l'heure qu'il est, en Afrique de l'Ouest.

Mais si l'on admet que l'épidémie soit dores et déjà incontrôlable, dans cette partie du monde, quelles conclusions en tirer? D'une façon générale, la fermeture totale des frontières ne serait, ni possible, ni éthiquement acceptable. L'Australie l'a cependant décidé dans la réprobation générale. Comme nous l'indiquons par ailleurs ci-dessous, aucun transfert massif de moyens de lutte venant des pays riches vers les pays pauvres contaminés n'est envisagé, à supposer que ce transfert soit envisageable dans les délais rapides nécessaires.

Inévitablement donc d'autres cas apparaitront – sans mentionner ceux qui ne seront pas déclarés. Ainsi, au Mali, un (ou plusieurs) patient souffrant d'Ebola vient d'être identifié. Une analyse des personnes susceptibles d'avoir été contaminées par lui est en cours. On imagine la difficulté de la tâche lorsque d'autres cas se feront jour. Par ailleurs, si l'épidémie se précisait au Mali, la France qui y entretient un grand nombre d'expatriés et de personnels militaires serait très rapidement concernée.

Les cas identifiés aux Etats-Unis ou dans d'autres régions du monde demeurent encore très peu nombreux. On pourrait donc penser que les mesures de détection et d'hospitalisation des malades, complétées d'isolement pour observation (quarantaine) des « contacts » qu'ils auraient pu avoir, devrait suffire. Mais tout dépend du nombre de cas qui se déclareraient dans les prochaines semaines. S'ils atteignaient quelques dizaines, ne fut-ce qu'au seul niveau européen, les moyens existants de détection, de soin et d'isolement seraient vite saturés. Que signifierait ainsi mettre en quarantaine des centaines de personnes, dans quels locaux, locaux qui pourraient vite se transformer en mouroirs.

Tests

Rappelons-le, il ne s'agit pas de vaccins ni de sérums, mais seulement de moyens permettant de vérifier si une personne est ou non porteuse du virus – à condition aussi, dans le premier cas, que sa charge virale soit suffisante. Plus ces tests pourront répondre rapidement, plus ils permettront d'isoler les personnes atteintes des autres, dits « cas contacts ». Sur ce point, des progrès décisifs paraissent en vue. Signalons par exemple que le petit laboratoire français Vedalab a élaboré un test qui permet de diagnostiquer la contamination au virus en 15 minutes au lieu de plusieurs heures. Il ne faut pas cependant se faire d'illusions. Pour produire et distribuer les millions (sinon bientôt centaines de millions) de dispositifs de test qui seront nécessaires, il faudra des moyens industriels qui n'existent pas aujourd'hui, et dont nul pays à ce jour n'entreprend la mise en place.

Vaccins

Les quelques filières annoncées dans divers pays n'ont pas encore été testées. Pour ce faire, il faudrait plusieurs semaines ou mois. On pourrait envisager d'utiliser des vaccins non testés, au moins compte tenu des risques, avec le consentement éclairé des personnes intéressées. Mais se posera la question précédente. Afin de lutter contre la contagion, il faudrait disposer de milliers de doses rapidement. Il en sera d'ailleurs de même si l'on obtient des vaccins s'étant avérés efficaces. Il faudrait pouvoir produire en quelques mois des millions de doses, puis les diffuser. Ceci demandera des moyens d'une toute autre ampleur que ceux nécessaires à la production de tests. Là encore, nul pays n'a encore décidé de mettre en place les équipements nécessaires. Le $milliard, d'ailleurs non encore débloqué, promis par l'ONU, n'y suffirait pas.

Il faut bien évidemment poursuivre les recherches, mais il serait vain d'en espérer des résultats rapides. On notera que GlaxoSmithKline, un des producteurs de vaccins actuellement en course, vient d'annoncer qu'à partir de décembre 2015, ils pourraient fabriquer 1 million de doses de vaccins par mois. Mais décembre 2015 est une date fort éloignée. Dans l'immédiat, des volontaires provenant de professionnels de santé envisageant de se rendre en Afrique se sont fait connaître, en Europe et notamment en Suisse, pour tester le vaccin.

Au sujet plus particulièrement des vaccins, nous ne pouvons pour notre part que condamner les manipulateurs d'opinion prétendant que le virus a été quasiment inventé, ou disséminé, par une conjuration des grandes firmes pharmaceutiques (big pharma). Il est vrai que celles-ci ont déclaré lors des premiers épisodes épidémiques, ne pas vouloir se lancer dans la recherche de vaccins vu le faible nombre de cas concernés à l'époque. Mais de là à penser qu'elles aient voulu depuis créer le marché en provoquant une pandémie, on tombe dans la paranoïa. Avant que des profits éventuels puissent être recueillis par ces firmes, il se passera des années. En attendant, les personnes travaillant dans l'industrie pharmaceutiques auront beaucoup de chance elles-mêmes de succomber au virus. "Inventer" un virus sans avoir été capable d'en inventer préalablement le vaccin est une arme boomerang. Elle se retourne contre ses auteurs.

A ce sujet, il faut aussi répondre à des arguments qui ont dès le début circulé, et que notre article a lui-même suscité. Le virus Ebola serait le résultat de recherches financées par le Pentagone, au début des années 2000, soit pour protéger la population américaine d'une attaque bactériologique, soit pour produire des armes utilisable à titre offensif par l'armée américaine. Il est indéniable que des recherches ont eu lieu, plus ou moins discrètement. Mais de l'avis des spécialistes, elles se sont dispersées dans beaucoup de directions sans aboutir. Par ailleurs les premières souches d'Ebola sont apparues bien avant le 11 septembre 2001. De plus, l'argument du boomerang aurait, là encore, découragé d'emblée la mise au point et a fortiori l'utilisation d'armes virologiques ou bactériologiques. Elles ne manqueraient pas en ce cas de se retourner contre la population du pays ainsi agresseur. Vacciner celles-ci préventivement aurait évidemment donné l'alerte.

Cette raison explique que de telles armes, très difficiles à fabriquer, stocker et manipuler, contrairement aux gaz de combat, ont certes fait l'objet de recherches, un peu partout dans le monde, et le font encore. Mais elles n'ont jamais été développées sérieusement par aucun pays, y compris l'Allemagne nazie ni plus récemment les pays à la réputation militariste, par exemple la Corée du nord.

Sérums

Il n'existe pas encore semble-t-il de sérums efficaces permettant de traiter efficacement un malade déclaré. Des transfusions de sang provenant de malades guéris ont été envisagées, mais ceci n'est évidemment pas généralisable. L'utilisation d'antiviraux ou d'anti-rétroviraux est à l'étude, sans conclusions positives. L'OMS avait annoncé il y a quelques jours la mise au point expérimentale et non encore testée sur l'homme de plusieurs traitements, dont le Zmapp, un cocktail de 3 anticorps dits « monoclonaux ». Les anticorps monoclonaux sont issus d'une seule lignée de globules blancs, provenant d'une seule cellule. La difficulté de les obtenir est on le conçoit extrême.

Les seuls soins possibles aujourd'hui consistent à renforcer les défenses immunitaires des malades, et lutter contre leur déshydratation. La mortalité demeure d'environ 50%, plus élevée semble-t-il dans les pays pauvres. Avec des soins performants, selon l'OMS, elle pourrait tomber à 20%, ce qui restera considérable. Par ailleurs, les raisons pour lesquelles certaines personnes ne sont pas atteintes ou guérissent n'ont pas encore été élucidées. Elles pourraient donner des indices précieux pour la suite. Là encore, les moyens d'étude nécessaires, qui obligeraient à mobiliser de nombreux laboratoires, n'ont pas été rassemblés.

Inutile là encore de s'appesantir sur les arguments spécieux selon lesquels il vaudrait mieux lutter contre la pauvreté des pays touchés et les conditions déplorables de certains bidonvilles comme ceux de Monrovia, que lutter contre les agents épidémiques. Il est indéniable que si l'on pouvait en quelques mois remplacer ces bidonvilles par de coquettes banlieues à l'européenne, leur condition sanitaire s'améliorerait. Mais ce serait des centaines de milliards de dollars qui seraient nécessaires. Les dispensateurs de ces bons conseils sont-ils prêts à se saigner à blanc pour commencer à rassembler les moyens nécessaires ?

Mutations génétiques au sein des différentes souches
de virus Ebola, Marburg ou assimilés


Les virus mutent en permanence, mais de façon si l'on peut dire superficielle. Aucune mutation d'importance à ce jour n'a été observée, ni pour modifier sensiblement leur virulence, ni pour modifier leur contagiosité, que ce soit en plus ou en moins. Il est certain que plus la population de malades s'étendra, plus de telles mutations seront probables. En principe, si le nombre de personnes atteintes augmente, la virulence doit s'atténuer. Ceci pour la raison très simple qu'en bons darwiniens les microbes et virus finissent par comprendre qu'en tuant tout le monde, ils scient la branche sur laquelle ils prospèrent. Mais ils l'ont déjà compris dans le cas d'Ebola. Une mortalité à 50%, ou même à 20%, laisse aux virus suffisamment de terrain pour s'étendre sans risquer la disparition.

Equipement des centres de soins

Ceux-ci, qu'il s'agisse de bulles plastiques isolantes pour le transport, ou de salles de soins isolées, sont quasiment inexistants dans les pays africains touchés. On craint même partout des ruptures de stocks des vêtements spécialisés permettant aux soignants de se protéger.

En Amérique et en Europe, un certain nombre d'équipements ont été installés. Mais ils ne pourront faire face qu'à des cas isolés. La pauvreté des services de santé, même dans les pays riches, ne permettra pas d'espérer un renforcement sensible et rapide de tels équipements, sauf à désorganiser l'ensemble des dispositifs hospitaliers. Se posera par ailleurs la question de la formation à grande échelle des personnels de santé, comme le cas échéant de leur volontariat.

Signalons que la fermeture envisagée de l'hôpital militaire du Val de Grâce, à Paris, pour raisons d'économie, privera notre pays d'un équipement et de personnels qui seront indispensables lorsque l'épidémie d'Ebola se développera.

Conclusion

La conclusion que nous tirons de ce qui précède, à titre personnel et à la date de mise en ligne de cet article (soit le 29 octobre) sera peu différente de celle de notre article précédent référencé ci-dessous (Cf Ebola ou notre inconscience).

Elle consiste à prévoir que l'épidémie d'Ebola, en dehors des pays où elle est dite incontrôlable, couvera dans le reste du monde pendant plusieurs semaines ou mois, sous une forme contrôlable. Mais le moindre accident pourrait la rendre exponentielle. Que se passerait-il en France, par exemple, si une dizaine de cas se déclaraient à quelques jours d'intervalle, non détectés aux frontières et se révélant quelques jours après, sans que les premiers symptômes à partir desquelles la contagiosité devient maximum n'aient été identifiés . Ce serait des centaines de contacts qu'il faudrait immédiatement mettre en isolement, voire le cas échéant, soigner. L'effet de panique s'ajoutant à cela, la vie sociale aurait toutes les chances d'être paralysée.

Ce propos sera considéré comme pessimiste. Mais le pessimisme est, en matière de santé publique, préférable à l'optimisme. Il permet de mieux se préparer. En l'espèce, il devrait conduire à mobiliser préventivement et sans délais les milliards de dollars qui seraient nécessaires pour remédier aux problèmes non résolus évoqués dans cet article. On serait loin alors des préoccupations de lutte contre les déficits budgétaires qui pour le moment sont les seuls à mobiliser l'attention.

Articles précédents sur notre site miroir:

* http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/149/ebola2.htm

* http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/149/ebola.htm

* http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/148/ebola.htm

Autres articles
* Newscientist
Concernant l'OMS voir une proposition visant à le renforcer :
Global agency needed for battling infectious diseases
Voir aussi :
Future scenarios show how easily Ebola could explode

* Dans cet article Bloomberg, analyste financier, constate les réductions importantes dans les budgets de santé américains rendant la lutte contre les épidémies de plus en plus difficile http://www.bloomberg.com/news/2014-10-03/ebola-flew-to-dallas-as-budgets-to-fight-disease-waned.html

Addendum

Nous ne ferons pas ici un catalogue des articles, soit plus ou moins mal informés soit volontairement tendancieux, qui circulent désormais, à vitesse virale, sur le sujet. Certains, c'est assez surprenant, proviennent de personnes se disant médecins. Nous avons l'un de ceux-ci sous les yeux. L'auteur, virologue, n'hésite pas à affirmer que le virus ébola a été inventé, comme celui de la grippe. Cet éminent spécialiste semble oublier, entre autres, que la grippe espagnole a fait en Europe, dans les années 1918- 1920 ou 1925, plus de morts que la première guerre mondiale. Or elle n'a pu être inventé, faute à cette époque de connaissances médicales suffisantes.

D'autres arguments paraissent plus convaincants à première vue. Selon eux, l'OMS serait très largement sous contrôle de lobbies médicaux et pharmaceutiques. La chose est indéniable. Mais la communauté des scientifiques qui travaillent en relation avec cet organisme ou d'autres analogues, sans être financés par eux, savent comment se défendre contre d'éventuelles campagnes de désinformation provenant de membres de l'OMS éventuellement corrompus. Ceci ne veut pas dire qu'il faille rejeter l'organisme tout entier avec l'eau du bain. Une telle structure internationale manquerait en effet si elle n'existait pas. Elle offre une aide très appréciée, notamment des pays du tiers monde.

Vous pouvez réagir à cet article sur
http://www.facebook.com/automates.intelligents


© Automates Intelligents 2014

 





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents