Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Editorial
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
La guerre mondiale du cerveau. Riposte américaine
Human Brain Project, un grand projet européen sur le cerveau humain
Relancer la coopération scientifique entre la France et l'Afrique

16 Janvier 2002
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Informatique moléculaire et nanotechnologies

En France, il faut lire des best-sellers américains pour s'informer des derniers développements des sciences, ainsi que de leurs implications économiques, politiques, philosophiques…On doit évidemment pour cela bien maîtriser l'anglais, car ils ne sont pas traduits en temps utile, quand ils sont traduits. Bref, ceci pour signaler The Jury, dernier roman de Steve Martini publié en 2001 par Jove Books, et en profiter pour faire quelques commentaires concernant le trio GNR (Génétique, Nanotechnologie, Robotique) qui, selon selon les spécialistes, est en train de remplacer le trio NBC (Nucléaire, Biologie, Chimie) du siècle dernier, tant dans le domaine civil que militaire.

Steve Martini, avocat américain reconverti dans la littérature, a publié plusieurs gros romans à succès, en exploitant sa connaissance approfondie du monde judiciaire américain (notamment les stratégies d'affrontement entre procureurs et défenseurs) et des thèmes de société particulièrement bien choisis. Selon la même méthode, The Jury raconte le procès d'un généticien accusé d'avoir assassiné, dans des conditions assez abominables, une assistante afro-américaine brillante et ambitieuse, qui se serait opposée à lui dans la conduite de recherches sensibles intéressant le génome humain.  A l'occasion, nous y découvrons un monde universitaire subissant les diktats du politiquement correct, et un chercheur s'épuisant à obtenir des fonds privés.

Si sur le plan scientifique ce livre n'entre pas dans le détail de l'informatique moléculaire et des nanotechnologies, il en dit cependant assez pour que le lecteur non averti cherche à en savoir plus. C'est ce que nos concitoyens auront pu faire en cette fin d'année 2001 puisque plusieurs dossiers sur ces sujets ont été offerts à leur curiosité. Citons le numéro spécial de Pour la Science (décembre 2001), un article de Michel de Pracontal dans le Nouvel Observateur du 26 décembre, bien évidemment, certains des thèmes présentés à la Cité des Sciences et de l'Industrie. Rajoutons aussi la présence d'articles sur les nanotechnologies parus dans La Tribune ou Les Echos.net, par exemple...

Les nanotechnologies ont le vent en poupe : le magazine Science les a classées discipline vedette pour 2001. Le gouvernement américain leur a alloué un budget de 500 millions de dollars. Il reste que les enjeux de la course technologique ainsi engagée vers la miniaturisation moléculaire ne semblent pas encore bien perçus chez nous. Un certain nombre de laboratoires sont impliqués dans un certain nombre de domaines de recherches. Mais il ne semble pas que les crédits correspondants soient au niveau de ceux des grands pays industriels*. Plus grave, les Pouvoirs Publics n'ont guère sensibilisé l'opinion à la nécessité de ne pas prendre de retard dans ce domaine.

Quant aux philosophes des sciences, n'en parlons pas. On ne les entend guère. Il y aurait pourtant là matière à faire abondamment rêver. Comme le disent Christian Joachim et Sébastien Gauthier, auteurs de l'article de présentation du dossier de Pour la Science, tout ou presque devient possible quand on peut manipuler les atomes un à un. La science-fiction (voir dans le même numéro l'article de Graham Collins), ne semble que précéder de peu la réalité. Les liaisons supramoléculaires par exemple, dont notre prix Nobel de physique Jean Marie Lehn a fait sa spécialité, résultent de la création de conditions incitant les molécules à se lier entre elles. Elles font augurer le moment où des molécules organiques s'assembleront d'elles-mêmes pour constituer des systèmes nano-informatiques évolutionnaires, et pourquoi pas des sortes d'entités quasi-biologiques.

Nous aurions ainsi de nouveaux organismes de synthèse à ajouter au bestiaire de l'évolution artificielle.

*Citons toutefois (voir notre actualité du 26/07/2001), à l'initiative du CEA-Leti Grenoble et de l'Institut national Polytechnique Grenoble, le projet de création du pôle Minatec (http://www.minatec.com/) ayant pour ambition de devenir le Pôle d'innovation et d'expertise majeur en Europe pour les micro et nanotechnologies. Pour cela, Etat et collectivités locales ont budgété 122 million d'euros. Démarré en 2001, le projet doit monter en puissance d'ici à 2004. La convention - qui marque le lancement officiel de Minatec, vient d'être signée le 18 janvier 2002.


Pour en savoir plus

Le site de Steve Martini http://www.stevemartini.com/
Nanosciences. Numéro spécial. Pour la science, décembre 2001 : http://www.automatesintelligents.com/actu/011206_actu.html#actu2
Christian Joachim et Sébastien Gauthier. L'exploration d'un monde nouveau : http://www.pourlascience.com/numeros/pls-290/art-1.htm
Jean-Marie Lehn et la chimie supramoléculaire. Courte présentation :  http://www.education.gouv.fr/actu/assisinn/DATA/BIOS/JMLEHN.HTM
Notre dossier Nanotechnologies de janvier 2001 :  http://www.automatesintelligents.com/visites/2001/jan/nanotech.html Remonter d'où l'on vient

© Automates Intelligents 2002

 

Collection Automates Intelligents

Sciences de la complextié et vie politique -Tome I , Editions Automates Intelligents
- acheter nos ouvrages
-
proposer vos manuscrits



 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents