Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Editorial
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
La guerre mondiale du cerveau. Riposte américaine
Human Brain Project, un grand projet européen sur le cerveau humain
Relancer la coopération scientifique entre la France et l'Afrique

4septembre 2003
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Surveillance et
prévention intelligente

Nous avons signalé récemment [voir actualité du 18/06 : Les DIVA intelligentes] les 600.000 dollars alloués au Computer Vision and Robotics Research Laboratory (CVRR) de l'Université de California à San Diego pour conduire un projet de caméras de surveillance qui devrait être présenté en 2004. Les caméras se comporteront en agents communicants et intelligents regroupés en un réseau plus ou moins dense, difficilement détectable. Initialement, ce système faisait partie du projet Aton dédié à la surveillance des accidents dans les lieux publics. Le Technical Support Working Group travaillant pour les agences fédérales de sécurité a décidé d'en faire un instrument contre le terrorisme. Des technologies sophistiquées de reconnaissance d'image, notamment pour l'identification des visages, seront développées à cette occasion.

Avant cela et en Grande Bretagne, selon la revue NewScientist n° 2403, le Métro de Londres est en train d'installer un logiciel intelligent susceptible de tirer au mieux parti des images fournies en temps réel par le million (!) de caméras (CCTV [pour Close Circuit Television]) déjà installées au Royaume-Uni. Il s'agit d'un produit nommé Intelligent "Pedestrian Surveillance System (IPSS)" qui a été développé depuis dix ans dans les programmes coopératifs européens CROMATICA, PRISMATICA and ADVISOR, associant de grands opérateurs de transport public. Il est aujourd'hui commercialisé par la société IPSOTEK, firme fondée par Sergio Velastin, l'un des chercheurs associés à ces projets. Contrairement à d'autres logiciels de reconnaissance de formes et mouvements qui recherchent des performances difficiles, telles qu'identifier un visage dans une foule(1), IPSS se borne à comparer globalement les images des CCTV en observant et analysant les changements qui apparaissent d'une image à l'autre, par exemple un attroupement sur un quai, un voyageur qui n'embarque pas dans les voitures, un colis abandonné, etc. Il alerte alors les agents de sécurité humains qui surveillent les écrans (souvent 50 écrans par personne). Ceux-ci peuvent alors focaliser leur attention sur les cas suspects, et déclencher une intervention si nécessaire. L'intérêt du système n'est pas ici de totalement remplacer l'homme mais de lui permettre d'optimiser son action au sein d'un réseau de capteurs trop nombreux pour pouvoir être analysés individuellement.

La question posée face à de tels systèmes est celle de la protection des libertés individuelles. Rappelons simplement que les réseaux de surveillance à base de caméras ou senseurs plus ou moins performants sont déjà installés dans la plupart des lieux publics. Une industrie considérable se développe dans le domaine. Des recherches scientifiques de plus en plus élaborées sont menées. Faudrait-il arrêter le mouvement au nom des droits de l'homme. Et si on pouvait le faire, serait-ce pertinent ?

Dans l'affaire récente de la jeune fille britannique ayant fugué avec un ex-marine américain, celui-ci a été identifié grâce à une caméra, ce qui semble-t-il a permis de résoudre le cas. Les exemples sont dorénavant nombreux où de tels dispositifs aident à réprimer les délits ou contribuent à les prévenir. Faut-il s'en plaindre ? Pas davantage pensons-nous qu'il ne viendrait à l'idée de se plaindre de la présence d'un policier armé surveillant une ambassade ou tout autre lieu sensible. Certes, les administrations peuvent toujours abuser de leurs pouvoirs, mais les juges, les médias et l'opinion publique sont, en principe, dans une démocratie, toujours capables d'intervenir pour empêcher ces abus.

C'est plutôt l'utilisation de ces techniques par les personnes privées qui inquiète les défenseurs des droits de l'homme. Citons les entreprises et les associations (par exemple les associations de co-propriétaires). Chacun va-t-il être en permanence surveillé par des vigiles plus ou moins bien intentionnés, armés de dispositifs de plus en plus performants ? Va-t-on assister à une course aux armements, mesures et contre-mesures élevant de plus en plus haut les performances des technologies ? Les films d'épouvante sont déjà emplis de scénarios sur ce thème d'une société entièrement placée sous le contrôle de pouvoirs anonymes.

A l'opposé des craintes, on fera valoir les grands avantages que les logiciels et capteurs développés dans le domaine de la surveillance et de la recherche intelligentes pourront apporter : essaims de robots opérant en milieu difficile ou inaccessible à l'homme, recherche accélérée des informations sur le web, etc.

Pour notre part, nous sommes favorables à ces perspectives, à condition que les pouvoirs publics et les forces politiques et syndicales donnent aux individus, notamment les plus défavorisés, la formation nécessaire pour naviguer sans y être écrasés dans un environnement de plus en plus technologique.

(1) : Rappelons à ce titre que la municipalité de Tampa, en Floride, vient d'abandonner son dispositif de vidéosurveillance automatique, jugé inefficace. Développé par la société Visionics (rebaptisée aujourd'hui Identix), le système spécifique de reconnaissance faciale devait permettre de reconnaître automatiquement le visage des criminels sous mandat d'arrêt fichés par la police (numérisation des visages des passants et comparaison automatique avec une base de données). Les trente-six caméras installées dans le quartier le plus populaire de la ville continueront à fonctionner mais seront désormais utilisées par des policiers en chair et en os, et non plus par un logiciel. Même chose pour le dispositif testé dans l'enceinte de l'aéroport Logan de Boston : testé depuis trois mois ce système de surveillance des voyageurs par caméras et logiciels de reconnaissance du visage vient d'être abandonné, ayant été jugé peu fiable.

Pour en savoir plus
L'article de NewScientist : http://www.newscientist.com/news/news.jsp?id=ns99993918
La firme IPSOTEK : http://www.ipsotek.com/home.htm
Les projets européens CROMATICA http://dilnxsrv.king.ac.uk/cromatica/, PRISMATICA http://www.prismatica.com/ et ADVISOR http://www-sop.inria.fr/orion/ADVISOR/  NB: Bull SA et l'INRIA sont partenaires de ADVISOR
Une première expérience de lutte contre le crime par CCTV dans le Tube Londonien : la protection des parkings http://tube.tfl.gov.uk/content/pressreleases/0201/29.asp
Le site de Vicom, fabricant (entre autres) de matériel de surveillance : http://www.vicon-cctv.com/

© Automates Intelligents 2003

 

Collection Automates Intelligents

Sciences de la complextié et vie politique -Tome I , Editions Automates Intelligents
- acheter nos ouvrages
-
proposer vos manuscrits



 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents