Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Editorial
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
La guerre mondiale du cerveau. Riposte américaine
Human Brain Project, un grand projet européen sur le cerveau humain
Relancer la coopération scientifique entre la France et l'Afrique

17août 2004
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

L'Europe en mauvaise place dans la course aux nanotechnologies ?


The nanotecreport 2004Lux Capital, investisseur conseil spécialisé dans les nanotechnologies, vient de rendre public son rapport 2004(1) qui dresse un panorama mondial du marché en cette matière. Celui-ci montre que l'année 2004 marque un tournant où toutes les conditions sont réunies pour une poussée du secteur sans précédent.

Ainsi, pour cette année, 8,6 milliards de dollars ont été consacrés dans le monde à la recherche et au développement des nanotechnologies, ce chiffre groupant l'apport des gouvernements, des investisseurs et des entreprises.
Parmi l'ensemble des dépenses publiques consenties au domaine (soit 4,6 milliards de dollars), les Etats-Unis représentent 35%, l'Asie 35%, l'Europe 28% et le reste du monde 2%.
Dans le privé (3,8 milliards), ces dépenses représentent 46% de l'ensemble pour les Etats-Unis, 36% pour l'Asie, 17% pour l'Europe et moins de 1% pour l'ensemble des autres pays du monde.
Les sommes investies dans les nanotechnologies par le secteur privé dépasseront dès 2005 celles distribuées par le public.
Sur les 1500 entreprises ayant annoncé un programme de recherche et de développement en matière de nanotechnologies, 1200 sont des start-up, dont 670 (près de 56%) sont américaines.
Plus de 300 programmes académiques sont consacrés aujourd'hui aux nanotechnologie sur la planète ; 200 d'entre eux sont américains, dont 100 avec des connexions internationales. L'université américaine (qui compte plus de 60 centres majeurs dans le domaine, et 5 réseaux nationaux groupant Etat-universités et entreprises) a formé plus de 7000 spécialistes depuis l'année 2000.
Sur quelque 88546 brevets déposés sur la période 1976-2001 aux USA concernant les nanotechnologies, 64% émanent d'entités américaines, 9% de japonaises, et 2% de françaises.

Aujourd'hui, tous les éléments sont là pour dire que les nanotechnologies ne sont pas une bulle spéculative mais un futur marché en plein essor. Le rapport montre que les start-up du domaine commencent à gagner de l'argent. Par ailleurs, les auteurs pensent que le Japon industrialisera plus rapidement les produits nanotechnologiques que les Etats-Unis(2).
Pour sa part, la National Science Foundation (NSF) estime que le marché représentera 1000 milliard de dollars en 2015, générant 2 millions de nouveaux emplois. La moitié des médicaments produits en 2010 relèveront des nanotechnologies.

Où va se situer l'Europe dans ce nouveau marché ? A l'heure où la commission européenne lance une communication ouverte sur le document "Vers une stratégie européenne en faveur des nanotechnologies" publié le 12 mai dernier(3), on peut se poser quelques questions. L'Europe aurait-elle désormais pris l'habitude d'avoir toujours un train de retard dans la course aux eldorados technologiques ? En tous cas, vu le tableau dressé par le rapport de Lux Capital, il ne faut pas être grand clerc pour s'apercevoir que l'Europe présente d'ores et déjà un handicap certain dans cette compétition internationale.

Voici un nouveau dossier de plus à inscrire dans la liste des technologies de souveraineté dont l'Europe semble se résigner à laisser la maîtrise aux Etats-Unis et au Japon

Notes
(1) The Nanotech Report 2004 (volume 1 et 2). Investment Overview And Market Research for Nanotechnology - 600 pages, 4750$.
L'indroduction du rapport ainsi que de principaux chiffres-clés peuvent être téléchargés gratuitement sur : https://www.globalsalespartners.com/lux

(2) Les Japonais possèdent une forte compétitivité dans les techniques de nano-fabrication.
(3) Voir Document téléchargeable sur http://www.cordis.lu/nanotechnology/src/communication.htm. Les chercheurs et acteurs économiques du secteur sont invités à s'exprimer avant le 14 septembre 2004 en remplissant un questionnaire disponible sur le site www.nanoforum.org


© Automates Intelligents 2004

 

Collection Automates Intelligents

Sciences de la complextié et vie politique -Tome I , Editions Automates Intelligents
- acheter nos ouvrages
-
proposer vos manuscrits



 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents