Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Editorial
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
La guerre mondiale du cerveau. Riposte américaine
Human Brain Project, un grand projet européen sur le cerveau humain
Relancer la coopération scientifique entre la France et l'Afrique

15 juin 2004
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Il faut plus que jamais construire l'Europe scientifique
et technologique

Les élections européennes ont fait l'objet de multiples commentaires. Les partisans de la construction européenne ont déploré le peu d'intérêt des partis politiques nationaux et le manque de participation, concomitant ou consécutif, des électeurs. Mais on n'a pas suffisamment insisté sur le fait que si les uns et les autres ont paru médiocrement intéressés par l'avenir du projet européen, c'est que celui-ci n'a pas été présenté d'une façon qui parle aux imaginations. Le grand absent du débat a été et demeure le thème de la souveraineté scientifique et technologique de l'Europe des 25, développé dans notre dernier colloque.

Nous sommes persuadés que si cet enjeu avait été présenté clairement aux électeurs, ceux-ci y auraient vu deux intérêts essentiels : la perspective de retombées immédiates sur l'activité économique, l'emploi et par conséquent le social, d'une part, une matière à rêver aussi riche que le football ou la formule-1, d'autre part.

Nous pensons en ce qui nous concerne que, plutôt que pleurer sur les occasions perdues, il faut continuer à mener l'effort de sensibilisation que nous avons entrepris, en l'élargissant le plus possible à d'autres pays. C'est ce que nous allons faire. Nous vous en tiendrons informés.

Mais au-delà, sur quelles forces politiques le grand dessein de la souveraineté scientifique et technologique de l'Europe pourrait-il aujourd'hui s'appuyer ? Nous pouvons exclure d'emblée les mouvements souverainistes, les populistes et même les libéraux, pour qui ces matières sont affaire d'initiative privée et d'investisseurs inspirés par l'idéologie atlantiste, c'est-à-dire par le refus d'aider l'Europe à s'ériger en compétitrice efficace des Etats-Unis. Les Verts, de leur côté, que ce soit en France ou dans les autres pays européens, ne sont pas hostiles a priori aux sciences et aux techniques, mais ils y mettent tant de réserves et de contradictions internes qu'il ne faut guère attendre d'eux de messages constructifs à l'égard de l'opinion publique.

Par contre, les partis de gauche, sociaux-démocrates et communistes (ou ex-communistes), complétés de nombreux centristes attachés à l'idée européenne, comportent beaucoup de militants bien informés du besoin de politiques industrielles et de recherche/développement menées avec le soutien des pouvoirs publics voire dans le cadre de services publics à la française. Ils devraient donc pouvoir se faire les promoteurs de l'Europe scientifique et technologique. On y ajoutera, plutôt à droite de l'échiquier politique cette fois-ci, les partisans d'une politique de défense et de souveraineté industrielle européenne, mobilisant notamment ce qui reste des industries de défense européenne ayant échappé à l'emprise des Carlisle et autres Fonds du complexe militaro-industriel américain.

Il faut absolument que, dans les mois qui viennent, ces deux ailes politiques trouvent moyen de s'entendre sur un ensemble de projets communs qui pourront revivifier les institutions européennes et, notamment, donner matière à débats utiles au sein du Parlement européen. Nous pensons que la France devrait à cet égard, s'appuyant sur une longue tradition historique, prendre le plus grand nombre d'initiatives. Le gouvernement actuel en sera-t-il capable ? On peut en douter. La politique clairvoyante affichée au colloque il y a quelques semaines par le ministre de la recherche (voir discours) semble aujourd'hui devoir rester au stade des promesses, faute de volonté de financement.

La parti socialiste, aidé des alliés qu'il trouvera dans la gauche, notamment au PC (sans oublier les syndicats), dispose par contre d'un créneau extrêmement favorable. Il a tous les arguments nécessaires pour justifier la mise en place d'une ambitieuse politique européenne et nationale en vue du développement scientifique et technologique. Même s'il ne dispose pas des ressources du pouvoir, il peut considérablement aider à la prise de conscience en organisant des débats et en préparant des dossiers sur les grands sujets prioritaires : l'énergie, les sciences et technologies de l'information et de la communication, la robotique, le vivant, l'environnement, l'éducation et l'enseignement supérieur, sans oublier l'espace et la défense. Les organisations de défense de la recherche auraient bien tort de ne pas l'appuyer dans cette prise de conscience, même si pour des raisons légitimes, elles souhaitent rester apolitiques. Il y a gros à parier que ce faisant, l'opposition de gauche augmentera considérablement le crédit dont elle paraît jouir auprès des citoyens, en précisant les objectifs concrets qu'elle entendra défendre dans les années qui viennent.

Ajoutons, pour revenir sur le thème des services publics, que la défense de ceux-ci ne se justifiera que dans la perspective de telles ambitions collectives. Seules ces structures pourraient, avec l'appui des gouvernements européens, orienter l'épargne collective vers de grands programmes d'investissements à vingt ou trente ans, que l'on ne saurait confier au capitalisme international. Les syndicats d'EDF, plutôt que couper les compteurs des personnalités, feraient mieux de présenter de tels arguments, auxquels chacun sera sensible.


© Automates Intelligents 2004

 

Collection Automates Intelligents

Sciences de la complextié et vie politique -Tome I , Editions Automates Intelligents
- acheter nos ouvrages
-
proposer vos manuscrits



 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents