Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Editorial
Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Le monde redécouvre la supérmatie de l'Amérique sur l'Internet
Comment l'Europe pourrait sortir de la dépression : la leçon du CERN
Croyance et athéisme
La guerre mondiale du cerveau

30 octobre 2012
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Les leçons d'un ouragan

Vous pouvez réagir à cet article sur
http://www.facebook.com/automates.intelligents





Ouragan Sandy

L'ouragan Sandy, qui a atteint la côte est des Etats-Unis le 30 octobre, a produit un certain nombre de pertes humaines et de dommages matériels. Il n'était pas au sommet de l'échelle mesurant la force des cyclones. Sa force a décru au dessus des terres, comme il est habituel. Néanmoins sa superficie était anormalement étendue et sa vitesse de déplacement au sol relativement lente, tous facteurs accroissant les risques. Par ailleurs, d'autres circonstances ont accru le niveau des inondations, notamment la conjonction avec de fortes marées. On peut considérer qu'en moyenne, au plus fort du phénomène, la hauteur de la mer le long des côtes a varié de 0,5 à 1m au dessus de la. normale.

Ces éléments devraient amener à réfléchir sur les risques menaçant les zones littorales du monde, dans les prochaines années et décennies, si comme il est actuellement prévu, le niveau général des mers s'élève d'un mètre ou davantage. Ce seront les régions les plus peuplées et les plus industrielles qui seront menacées, voire détruites. On ne voit guère comment, sauf dans certaines zones favorisées, l'on pourrait rehausser les digues à une hauteur suffisante pour protéger les installations. Pour bien faire, il serait nécessaire de d'élever aussi les implantations de plusieurs mètres, ce qui signifierait souvent les déplacer vers l'intérieur de centaines de mètres ou kilomètres, avec des coûts que la plupart des économies ne pourront pas se permettre.

Par ailleurs, tout laisse penser que les phénomènes tempétueux seront de plus en plus fréquents et virulents. Concernant Sandy, certains experts se demandent si la différence de température entre eaux chaudes et eaux froides générant des dépressions n'a pas été accentuée, au niveau du Deep Southerly Return Flow du Gulf Stream le long des côtes américaines par une fonte anormale de la couverture glaciaire du Groenland. Il est trop tôt pour confirmer cette hypothèse, mais si des perturbations du Gulf Stream se confirmaient, notamment au niveau de la branche transatlantique du grand courant, dite du North Atantic Drift, qui alimente en eaux chaudes l'Europe occidentale, il pourrait en résulter pour les pays concernés le retour catastrophique d'un "petit âge glaciaire", paradoxal en période de réchauffement climatique global.

Ces événements rendent de plus en plus nécessaires les efforts pour réduire ce réchauffement global. Mais tout montre aujourd'hui, avec une course accélérée aux énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), qu'il n'en sera rien. L'Amérique du Nord, qui s'inscrit en tête dans cette course, en sera donc aussi la première victime. De toutes façons, on peut prévoir que, même avec une diminution drastique de la production des gaz à effets de serre, l'hystérésis du mouvement actuel de réchauffement se prolongera jusqu'à la fin de ce siècle et au-delà. D'où la nécessité d'envisager le pire, y compris au niveau des côtes européennes. Celles-ci ne sont pas sujettes à des tempêtes tropicales, mais les tempêtes dites du front polaire peuvent être aussi fortes et dévastatrices. D'où la nécessité de s'y préparer sans attendre.

Malheureusement les autorités nationales et celles de l'Union sont muettes sur ces sujets.

 


Ci-dessous notre hommage (en tant que marins) au trois-mats Bounty, qui a coulé avec pertes humaines (notamment le capitaine Robin Walbridge, 63 ans) au grand large du Cap Hatteras, dès les premières atteintes du cyclone.

Voir la vidéo du sauvetage, de nuit, par l'US Coast Guard. Un véritable exploit


Le bounty

We received a distress call for Bounty at 1830 Sunday evening October 28th that the Ship lost power and the pumps were unable to keep up with the dewatering. At that time we immediately contacted the USCG for assistance. A C130 was sent to there position approximately 90 miles SE of Cape Hatteras. Sunday morning approximately 0400, the Captain ordered all hands to abandon ship. There were 16 Crew on board. The USCG dispatched helicopters to rescue the brave crew. At this time, 14 of the 16 crew members have been safely returned to land and are in good health.
(source )

Le bounty

 



Vous pouvez réagir à cet article sur
http://www.facebook.com/automates.intelligents


© Automates Intelligents 2012

 

Collection Automates Intelligents

Sciences de la complextié et vie politique -Tome I , Editions Automates Intelligents
- acheter nos ouvrages
-
proposer vos manuscrits



 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents