Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Le feuilleton
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives

Feuilleton/
Nouvelles
:
- Rob et Tod
- Un automate conscient sur Mars

Suite...

Essai
- Le paradigme de l'Automate ou le dialogue d'Alain et Bernard

Avril 2001
J.P Baquiast

Eléments de définitions :
Cybionte

Retour à la lecture du feuilleton

 

logo Revue les automates intelligents - © image : Anne Bedel
 

Eléments de définition précédents  


automate ; paradigme de l'automate

Avertissement: ces définitions n'ont aucun caractère vraiment scientifique, ni même philosophique ou politique.
Elles visent seulement à illustrer les propos parfois sibyllins ou trop rapides de nos deux amis Alain et Bernard. Nous les modifierons éventuellement au fil des discussions.


Par cybionte (expression due semble-t-il à Joël de Rosnay*) l'on désigne des automates mixtes associant des éléments humains (individus, groupes), des artefacts ou automates-machines auto-adaptatifs et, de plus en plus, dans un proche avenir, des composants biologiques, produits notamment par le génie génétique et les nano-technologies.

Il s'agit de la perspective la plus susceptible de perturber la réflexion traditionnelle sur les automates. Elle fait en effet exploser les catégories bien définies de l'homme, de la machine et du vivant, ainsi que ce que l'on pourrait appeler les barrières intra-spécifiques entre elles. Des hybrides dont il est rigoureusement aujourd'hui impossible de prévoir les composants, l'architecture, les capacités (notamment en matière de conscience et d'intelligence) vont très prochainement voir le jour. Ces hybrides conjugueront les éléments les plus évolués des différents partenaires associés : par exemple les aptitudes à l'intelligence consciente des individus et groupes humains, la puissance de mémorisation et d'action (notamment en milieu hostile) des automates machines, l'adaptabilité et la rusticité (notamment en milieu moléculaire et atomique) des automates biologiques (mémoires neuronales, génie génétique, nanotechnologies...), les capacités d'invention des algorithmes génétiques.

Il est également impossible de prévoir a priori les conséquences de l'apparition de ces automates mixtes dans la compétition darwinienne entre systèmes. La seule chose prévisible sans grands risques de se tromper est que le rythme et les conséquences du fonctionnement de la machine à inventer terrestre globale seront prodigieusement bouleversés.

Observons que la question fréquemment posée : les hommes seront-ils capables de contrôler ces évolutions (sous-entendu sans doute, en sauvegardant les valeurs de l'humanisme actuel) n'a  guère de sens. Les hommes co-évolueront en parallèle avec les nouvelles générations d'automtes. La question que l'on peut se poser par contre est : que deviendront ceux qui, hommes ou organismes, ne seront pas associés à ces nouveaux ensembles cybiontes, ou auront été exclus délibérément par eux ? Seront-ils condamnés à les affronter dans une compétition darwinienne où ils risquent de ne pas avoir beaucoup d'atouts ? Disparaîtront-ils progressivement comme d'innombrables espèces au cours de l'évolution ? Se transformeront-ils en quelque chose de nouveau totalement imprévisible aujourd'hui ?

Il faudrait par aailleurs se demander si les systèmes intelligents et conscients du prochain futur, de type cybionte, seront ou non capables de piloter l'évolution au profit des valeurs scientifiques, morales et autres qu'ils se seront données à l'époque. La réponse affirmative n'est pas garantie. Il pourra survenir, suite à des erreurs infimes d'un pilotage supposé intelligent, prenant des proportions chaotiques en milieux instables, des catastrophes amenant les systèmes complexes, sinon la vie, à disparaître de la terre.

Nous pouvons espérer en fait que la transition vers de nouveaux ensembles cybiontes se fera en respectant et intégrant toutes les autonomies - c'est-à-dire, si l'on peut dire, en respectant les valeurs de la démocratie . Le propre d'un système intelligent moderne n'est-il pas l'intelligence répartie, consistant à donner des ressources d'information et de décision aux échelons et cellules de la base, jusqu'ici subordonnés à des pouvoirs centralisés fonctionnant sur un mode automatique primaire ?

A côté du cybionte associant l'homme et la machine, l'on trouve déjà, et l'on trouvera de plus en plus, d'innombrables variétés d'associations entre l'animal et la machine (sans exclure d'ailleurs nécessairement ni l'homme, ni, à l'autre bout, l'organisme monocellulaire). Nous employons ici le terme de cybionte animalien ou, à l'échelle cellulaire, de biopuces. De tels cybiontes, où se conjugueront les apports croisés de l'électronique et de la génétique, soulèveront moins de réticences éthiques que les cybiontes humains. Mais leurs performances en matière d'intelligence seront, en principe, plus réduites.

*par cybionte on désigne une association, selon des proportions variables, et sous toutes formes imaginables, entre des êtres vivants et des automates-machines. Le terme n'est pas à confondre exactement avec celui de cyborg. Aujourd'hui, il existe toute une mode artistique ou culturelle, dans la suite du body-art, visant à transformer l'individu en automate ou pseudo-automate, y compris par des implants. L'on obtient des cyborgs. Le phénomène est moins superficiel qu'il peut apparaître. Il montre la facilité avec laquelle les nouvelles générations se glisseront , notamment par l'art et les jeux du virtuel, dans le dialogue avec les automates. A signaler aussi dans cette direction le succès des travaux sur l' "artificial life" où se retrouvent parfois les excès du communautarisme naïf à l'américaine : nous serions entourés d'une nature artificielle vivant d'une vie propre (robots, virus informatiques, ou autres "animés") avec laquelle nous devons coexister pacifiquement.

Jean-Paul Baquiast

Automates Intelligents © 2001

 

   Sur le site
Sur le web   





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents