Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Pourquoi le blog Philoscience ?
 

Pourquoi le blog Philoscience ?

Cet ensemble de textes a été conçu à la demande de lecteurs de la revue en ligne Automates-Intelligents voulant disposer de quelques repères pour mieux appréhender le domaine de ce que l’on nomme de plus en plus souvent les "sciences de la complexité".

Spontanément, ils constatent que ces sciences, qui renouvellent les sciences traditionnelles, ne sont pas à la portée du citoyen ordinaire. Elles sont – sauf exceptions - peu enseignées dans les universités françaises ou dispersées dans de nombreux écrits et exposés souvent obscurs ou contradictoires. Cependant et fort justement ils ne voudraient pas en laisser le monopole aux “experts scientifiques” et moins encore aux seuls décideurs politiques et économiques. Ils estiment à juste titre que les intérêts que ceux-ci servent ne sont pas nécessairement ceux du plus grand nombre. Ils veulent pouvoir dire leur mot dans les choix ou non-choix faits par les sociétés modernes concernant les sciences et les technologies.

Au-delà de la politique de la science, les sciences de la complexité mettent de plus en plus en cause (nous dirions plutôt interpellent, si le mot n'était pas détourné par la dérision) les enseignements et les méthodes de la philosophie traditionnelle, philosophie des sciences ou philosophie générale. De nombreux philosophes ont compris qu'ils devaient s'y intéresser pour enrichir leurs enseignements. Mais le grand public doit aussi y réfléchir. Il ne doit pas se considérer exclu des discussions philosophiques, dans la grande tradition socratique.

Que sont exactement ces sciences de la complexité. Depuis plusieurs années, on a pu mesurer l’émergence et la convergence (selon le terme consacré par un rapport fameux de la National Science Foundation américaine de 2002) des principales de celles-ci. Il s’agit de l’informatique, des nanotechnologies, des biotechnologies et des sciences cognitives (sans oublier la physique quantique, aux sources toujours aussi incompréhensibles quatre-vingt ans après son apparition).

On aurait pu limiter ce travail à un état de ces sciences et des technologies associées ainsi que des enjeux de pouvoir qu’elles entraînent au plan mondial. Ce sont indiscutablement des sciences de la complexité, car le monde qu’elles décrivent ou qu’elles construisent est de moins en moins réductible aux représentations simples qu’en donnaient les sciences traditionnelles. De nouveaux outils intellectuels s’imposent ne fut-ce que pour en parler.

Mais il n’échappe à personne que derrière ces sciences émergentes se posent à nouveau les vieilles questions de la philosophie des sciences : peut-on par la connaissance scientifique décrire le monde et prétendre, grâce à ce que nous appelons la conscience, exercer une action volontaire quelconque sur son évolution ? Quand on lisait les écrits des philosophes ou des scientifiques datant de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe, on pouvait croire que, pour les matérialistes tout au moins, le monde était en train de perdre son mystère et qu’il devenait gouvernable. Il suffisait de comprendre les lois déterministes enchaînant les causes et leurs conséquences.

Or aujourd’hui – c’est une banalité de le dire – plus la science pousse loin ses capacités d’observation instrumentale et de modélisation théorique, plus elle fait apparaître de questions non résolues. Beaucoup en tirent argument pour en revenir au spiritualisme et à toutes les formes d’irrationnel. Pour ceux qui refusent la démission de la raison, il convient par contre d’essayer de faire un tri entre les questions qui paraissent insolubles simplement parce qu’elles sont mal posées, celles qui se résoudront probablement grâce à la convergence rapidement accélérée des connaissances (ce que l’on appelle de plus en plus la Singularité, que nous évoquerons dans la suite) et celles qui, peut-être, resteront définitivement hors de portée des intelligences humaines, même «augmentées» par l’apport des ordinateurs et des réseaux.

Une forme permettant l'évolution et l'interactivité

C'est l'objet de ce travail. Mais nous devons aussi nous expliquer sur la forme adoptée. Plutôt que rédiger un livre traditionnel qui serait proposé en bloc aux lecteurs, soit sous la forme papier, soit sous la forme d'un ouvrage téléchargeable en totalité, nous l'avons voulu souple, évolutif et, dans une certaine mesure, interactif. Nous proposons un certain nombre de pages sur des thèmes d'actualité concernant la science ou plutôt la philosophie de la science, c'est-à-dire la façon dont celle-ci peut aider à une compréhension globale du monde. Ces pages seront rédigées progressivement, dans la mesure de nos disponibilités. Nous les publierons au fur et à mesure sur le site de Automates-Intelligents.

Par ailleurs, certaines d'entre elles, ou des extraits, seront proposés à la discussion dans le cadre désormais classique d'un blog. Il n'est pas certain que ce blog sera pris au sérieux par les internautes qui en prendraient connaissance. Peut-être sera-t-il saboté par des gens n'ayant rien d'important à y dire, sinon manifester leur existence. Mais peut-être pas.

Si nous produisons un nombre suffisant de pages, nous pourrions envisager leur édition sous la forme d'un livre papier, au cas où un éditeur s'intéresserait à cette forme de communication. Le livre comporterait en principe l'adresse des pages du blog, afin que les lecteurs du livre puissent aussi réagir.

Ajoutons que nous ne chercherons pas à faire un travail neutre et bien balancé entre opinions contradictoires. Nous sélectionnerons limitativement nos sujets et les exposerons d'une façon qui appellera certainement à la controverse. Mais nous essaierons cependant de respecter l'objectivité qui s'impose quand il s'agit de présenter les résultats contemporains de la science, lesquels ne doivent pas être instrumentalisés par quiconque.

Jean-paul Baquiast et Christophe Jacquemin (05/12/05)

 Consulter le blog Philoscience

 

   Sur le site
Sur le web   




 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents