Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Visites virtuelles
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Center for Responsible Nanotechnology
Life Drop
Edge
PortAI, le portail de l'AFIA
Principia cybernetica project
Global Brain Group

8 Août 2002
par J.P.Baquiast

Edge : une différence qui crée une différence

http://www.edge.org


John Brockman"Pour atteindre aux frontières des connaissances relatives à l'univers, rechercher les esprits les plus complexes et les plus évolués, réunissez- les dans une même pièce et demander à chacun de poser aux autres les questions qu'il se pose à lui-même."  Voici la devise de Edge, affichée avec son logo.

Nous sommes ici dans une structure sociale très anglo-saxonne, inspirée des clubs intellectuels et savants de l'Angleterre du 19e siècle. Sur la base d'une cooptation volontairement élitiste, des esprits créateurs dans divers domaines des sciences, des lettres et, apparemment aussi, des arts, se rencontrent et discutent entre eux avec l'intention de dépasser leurs frontières disciplinaires et de faire avancer globalement les connaissances sur le monde. Il s'agit juridiquement d'une Fondation, organisme que la législation américaine favorise de diverses façons.

On pourrait aussi considérer Edge comme un Think Tank, mais sans qu'il soit lié (du moins semble-t-il) - comme certains organismes du type "Blue sky research" - à des intérêts économiques ou politiques trop précis, obligeant à des résultats économiques ou financiers. Ainsi une grande liberté règne dans les thèmes et les contenus discutés par les membres de Edge.

Aujourd'hui, ceux-ci utilisent Internet pour présenter leurs idées et leurs débats, d'une façon particulièrement ouverte et intellectuellement libérale.

L'ensemble, très touffu, semble animé principalement par John Brockamn, homme à l'esprit très universaliste ou encyclopédique au bon sens du terme, auteur, éditeur, homme d'affaires (dans le domaine des TIC) actuellement président de Edge. Il aime se comparer à une enzyme, ce qui n'est pas un mince compliment quand on connaît le rôle irremplaçable de celles-ci dans la synthèse de la vie. http://www.edge.org/3rd_culture/bios/brockman.html

On pourrait facilement reprocher à Edge de contribuer à l'expansionnisme de l'avant-garde scientifique et intellectuelle de l'Empire américain, mais ce serait un mauvais procès. Tout est dans tout, évidemment, mais les auteurs qui s'expriment généralement sur ce site représentent l'Amérique telle que l'admirent et l'aiment les démocrates et libéraux du monde entier.


Le concept de Troisième Culture (Third Culture)

Le terme peut inquiéter les esprits rationnels, faisant penser à une sorte d'ésotérisme. Il n'en est rien. Il s'agit, dans l'esprit de John Brockman (voir son article fondateur de 1991, toujours d'actualité http://www.edge.org/3rd_culture/index.html) de rassembler, entre les intellectuels et les scientifiques traditionnels, ceux qui veulent participer de l'une et de l'autre de ces deux cultures, en refusant les enfermements qu'elles imposent à leurs représentants.  L'idée fut présentée initialement par un certain C.P. Snow dans un livre de 1959, Les deux cultures, qui s'en prenait aux intellectuels, généralement réactionnaires ou au moins conservateurs, qui ignoraient tout des travaux des scientifiques - ces derniers il est vrai ne sachant pas généralement faire connaître la portée de leur travaux au public, fut-il "éclairé".

Dans une seconde édition datant de 1963, Snow évoquait l'émergence d'une 3e culture, constituée de ceux capables de faire le lien entre les préoccupations morales et politiques des intellectuels et les travaux les plus actuels et les plus bouleversants ou révolutionnaires des scientifiques. Ce défi a été repris, nous pouvons dire avec succès à la lecture de Edge, par John Brockman. Il a rassemblé des auteurs s'étant fait connaître par des ouvrages ou articles destinés au public, dans les domaines émergents de la science : biologie moléculaire, IA, vie artificielle, théorie du chaos, parallélisme massif, réseaux neuronaux, univers inflationnaire, fractales, systèmes adaptatifs complexes, super-cordes, biodiversité, nanotechnologies, génome humain, évolution darwinienne, automates cellulaires, logique floue, exobiologie, cyber-espace, etc.

On constatera que tous ces thèmes sont ceux qui intéressent notre propre démarche éditoriale, thèmes où nous regrettons régulièrement que les scientifiques français, mis à part quelques courageux communicateurs, ne fassent pas beaucoup d'efforts pour faire connaître leurs travaux et la portée de ceux-ci - ayant sans doute peur d'entrer aux yeux de leurs collègues dans l'abominable catégorie des vulgarisateurs. Qu'ils ne se plaignent pas alors que nous soyons obligés de chercher nos références outre-atlantique, notamment dans Edge.

Dédicace à Heinz R. Pagels http://www.edge.org/pagels_dedication.html

Heinz PagelsIl faut lire cette dédicace de John Brockman, qui est à la fois un hommage à un scientifique et un penseur de premier rang, à un homme d'action et d'aventure mais aussi à travers lui à la science et à l'humanisme scientifique. H. Pagels était Executive Director de la New York Academy of Sciences, professeur de physique à la Rockefeller University et président de l'International League for Human Rights. Né en 1939, il est mort le 23 juillet 1988 lors d'une ascension du pic de la Pyramide à Aspen, Colorado. Auteur de trois livres, The Cosmic Code (1982), Perfect Symmetry (1985), et Dreams of Reason: The Rise of the Sciences of Complexity (1988), il a fondé le "Reality Club", prédécesseur de Edge, qu'il présida jusqu'à sa mort.

La conclusion du livre Cosmic Code, citée par la dédicace, est une étrange prémonition. Pagels rêve qu'il tombe d'une paroi rocheuse, mais après la première angoisse, il découvre un étrange calme: "there was no bottom and no end. A feeling of pleasure overcame me. I realized that what I embody, the principle of life, cannot be destroyed. It is written into the cosmic code, the order of the universe. As I continued to fall in the dark void, embraced by the vault of the heavens, I sang to the beauty of the stars and made my peace with the darkness."

Le Reality Club http://www.edge.org/discourse/about.html

Initialement, de 1981  à 1996, le Reality Club a fonctionné comme une association ordinaire, tenant ses réunions dans différents lieux d'accueil. En janvier 1997, il a migré sur Internet, sous le nom de Edge. L'objectif recherché est d'y réunir les meilleurs esprits du moment, acceptant de mettre publiquement leurs idées ou théories en débat public. Il s'agit d'essayer d'aller au fond des choses, en évitant l'anesthésie du sens commun ou bon sens. Le Club encourage la présentation des créations aux limites de la connaissance et de la culture, même si celles-ci n'ont pas encore été diffusées. Les intervenants sont encouragés à décrire leurs travaux et les interrogations sur lesquelles ceux-ci débouchent. Ils s'engagent à sortir des frontières de leurs domaines en répondant aux questions et aux critiques des autres membres. Il s'agit de construire un point de vue commun, si possible à partir d'un consensus entre disciplines, et non de réunir des personnes qui continueront à s'ignorer une fois qu'elles auront présenté leurs thèses.

Comme on peut le voir par le compte-rendu des débats, les participants ne se privent pas de la faculté d'émettre des objections ou des questions, aussi inattendues soient-elles. Celles-ci sont rarement esquivées. Il s'ensuit une intéressante dynamique intellectuelle. Le Club rappelle que dans la théorie de la communication l'information n'est pas considérée comme une donnée devant s'ajouter aux autres mais comme une "différence qui crée une différence". Plus généralement, il ne s'agit pas de reproduire ou même commenter les idées et opinions déjà en circulation, comme le font généralement les porte-paroles de notre culture de masse. Il faut penser par soi-même.

On constate là une différence intéressante avec la pratique académique habituelle. Même lorsque on y vise à la réflexion interdisciplinaire, chacun reste enfermé dans ses frontières et ne fait pas l'effort de comprendre ni discuter la pensée des autres, afin d'élever le niveau de la pensée commune (nous pensons notamment ici à de désolantes réunions tenues chez-nous, auxquelles nous avons assisté, que leurs initiateurs avaient placées sous le thème horizontal de la cognition, mais qui ne paraissaient aboutir qu'à un renforcement des particularismes).

Le Reality Club. Exposés et débats disponibles en ligne: http://www.edge.org/discourse/discourse.html

On trouvera dans cette section un grand nombre d'exposés suivis de débats ou forums, sur de nombreux sujets dont beaucoup devraient intéresser les lecteurs de notre revue. Une introduction, généralement de John Brockman, présente chaque auteur ainsi que ses travaux. Elle est suivie du texte de son intervention et des commentaires suscités. Tout ceci est géré de façon très ergonomique au plan de l'hyper-texte. Il s'agit là d'une source d'information et de réflexion qui demanderait de longues heures pour être convenablement exploitée.

On y trouve ainsi des exposés originaux de Rodney Brooks http://www.edge.org/3rd_culture/brooks/brooks_p1.html, de notre compatriote Stanislas Dehaene http://www.edge.org/3rd_culture/dehaene/index.html, de Daniel Dennett http://www.edge.org/3rd_culture/dennett/dennett_p1.html, de Lee Smolin (que nous retrouverons dans un prochain article) http://www.edge.org/3rd_culture/smolin/smolin_p1.html , de Marvin Minsky http://www.edge.org/3rd_culture/minsky/index.html , de Hans Moravec http://www.edge.org/3rd_culture/moravec/moravec_index.html et de nombreux autres moins connus en France, qu'il ne faudrait pas continuer à ignorer.

Edge

Edge se présente comme une publication en ligne, dont les numéros (104 à ce jour) peuvent être lus sur le site (home page http://www.edge.org/ ) ou dans les archives chronologiques (http://www.edge.org/documents/archive/edge.index.html). On peut aussi s'y abonner sur souscription. Chaque numéro comprend un article de fond confié à un des scientifiques ou auteurs participant à la vie du Club, ainsi qu'un débat sur le thème présenté.


© Automates Intelligents 2002

 

   Sur le site
Sur le web   





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents