Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Visites virtuelles
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Center for Responsible Nanotechnology
Life Drop
Edge
PortAI, le portail de l'AFIA
Principia cybernetica project
Global Brain Group

1er avril 2003
par J.P Baquiast et C.Jacquemin

Center for Responsible Nanotechnology (CRN)

Centre pour des nanotechnologies responsables

Logo du Center for Responable Nanotechnology

http://www.crnano.org


Pourquoi cette visite virtuelle ?

Nous avions reçu le 17/03/03 le message suivant de Mike Trader, un des fondateurs du CRN

Subject: CRN Translation
Bonjour,
I do not speak French. I hope that you can read English.
Greetings from the USA. I want to thank you for posting the announcement about the formation of the Center for Responsible Nanotechnology (CRN) on your website at <http://www.automatesintelligents.com/actu/030212_actu.html#actu10>. It is good to know that you are interested in our work.
CRN has begun to attract international attention, even though we have only been in existence a short time. Our vision is of a world where everyone benefits from nanotechnology. We believe that the fulfillment of this vision will depend on concerted international cooperation.
To facilitate the spread of our ideas, we are seeking translation of CRN's website pages into other languages. We have people working on translations into Spanish and into Chinese. We would also like to post our pages in Japanese, Russian, German, Italian, and, of course, French.
Can you suggest someone who can assist us in a French translation? We appreciate any support you can provide.
See you in the future!

Mike Treder
Executive Director, Center for Responsible Nanotechnology - http://CRNano.org
Director, World Transhumanist Association - http://transhumanism.org
Executive Advisory Team, Extropy Institute - http://extropy.org
Founder, Incipient Posthuman Website - http://incipientposthuman.com

Nous avons répondu que sans traduire toutes les pages en français, nous serions heureux de présenter le CRN à partir de ses principales rubriques. Les textes suivants sont des adaptations traduites des pages correspondantes du site CRN. Elles ont été relues par les auteurs de ce site. Automates Intelligents.


Ce qu'est le CRN

Le Center for Responsible Nanotechnology™ a été crée en décembre 2002 suite à des échanges par Internet relatifs aux nanotechnologies entre Mike Treder et Chris Phoenix, tous deux ingénieurs et hommes d'affaires. Mike Treder s'était rendu compte que les nanotechnologies moléculaires (MNT) deviendraient plus vite que prévues des réalités pouvant comporter des conséquences sociales éventuellement dangereuses dont il fallait discuter. Chris Phoenix avait étudié les MNT pendant plus de 10 ans. Il a convenu d'apporter sa connaissance du domaine à l'action envisagée.

En quelques semaines, le Centre a été crée et ses objectifs précisés, à partir d'un premier article publié en janvier 2003 Safe Utilization of Advanced Nanotechnology http://www.crnano.org/safe.htm. L'article expose les risques pouvant découler de procédures hasardeuses en matière de recherché et développement dans le domaine des MNT et propose des méthodes et procédures susceptibles de les contrôler.

Le CRN se définit clairement comme une organisation dont l'éthique consiste à informer. Pour cela il recherche et diffuse la documentation pertinente, en refusant, sauf cas exceptionnel, la politique du secret couramment pratiquée par les entreprises. Cette approche a commencé à lui bâtir une solide réputation dans le monde des organisations non-profit. Il est affilié à World Care, ONG internationale à visée humanitaire http://www.worldcare.org/

Le CRN propose une vision relative aux MNT. Celles-ci, comme l'a montré l'ouvrage fondateur de Erix Drexler, pourront sans doute produire des machines mille fois plus puissantes et cent fois moins chers que les machines traditionnelles. Leur potentiel au service de l'humanité est considérable. Mais elles peuvent aussi être mises au service d'intérêts dévoyés. Pour éviter cela, il faut instaurer une gestion responsable et citoyenne de la technologie.

La mission que se donne le CRN à cet égard est d'attirer l'attention du public sur ces enjeux. Sans une information adéquate, l'utilisation des MNR peut provoquer des erreurs économiques ou techniques graves, sans parler d'éventuels usages criminels. Le CRN veut proposer de bons modèles de gestion afin d'éviter de telles dérives.

Pour rassembler et communiquer une information précise et complète, puisée aux meilleures sources, le CRN étudie, clarifie et discute les objectifs et propositions concrètes qui sont faites dans le domaine des MNT. Ceci couvre les divers champs de la politique, de l'économie, du militaire, de l'humanitaire et du techno-scientifique. Il diffuse les résultats de ses études aussi bien à l'intention aussi bien d'une population sans compétence technique particulière que des milieux bien informés. Sa priorité est de mettre en évidence les usages effectifs qui sont ou seront fait de ces technologies, et d'éduquer ceux qui seront appelés à en décider, comme ceux qui en supporteront les effets.

La plate-forme du CRN
http://www.crnano.org/platform.htm

Comme toutes les technologies puissantes, les MNT offrent à la fois des perspectives prometteuses et des risques. Vis-à-vis d'elles, il convient d'adopter une attitude d'optimisme prudent. Pour cela il faut comprendre les MNT avant qu'elles ne débouchent sur des applications pratiques et préparer les changements qu'elles produiront.

Six principes guident l'action du CRN, développés dans les rubriques ci-dessous:
- La mise en œuvre concrète des MNT peut et doit bénéficier à tous.
- Leurs utilisations irresponsables peuvent être très dangereuses.
- Les laboratoires et usines les produisant doivent respecter des normes de sécurité strictes.
- L'interdiction des nanotechnologies n'est ni souhaitable ni possible, d'où l'intérêt d'établir un consensus mondial relatif à leurs développements.
- Leur usage effectif exigera des décisions politiques intelligentes et prudentes.
- Il y a urgence à agir. Les nano-usines seront sans doute développées dans les 10 prochaines années.

Le site

Le site du CRN offre des pages que nous ne reprendrons pas ici, supposant que nos lecteurs sont déjà bien informés de ce que sont les nanotechnologies et leurs enjeux. Citons les principales d'entre elles :
- Ce que sont les nanotechnologies et les grandes questions qu'elles posent aux politiques. http://www.crnano.org/whatis.htm
- Gérer cette magie moderne que constituent les MNT http://www.crnano.org/magic.htm
- Principaux domaines d'intérêt du CRN au regard des MNT: la paix, les droits de l'homme, l'éthique économique, l'environnement et l'éducation. http://www.crnano.org/areas.htm

On trouve également sur le site l'accès aux articles publiés, des liens utiles et la façon de contribuer à la démarche du Centre.


Notre commentaire :
les nanotechnologies moléculaires sont-elles dangereuses ?

Nous avons plusieurs fois évoqué dans ce magazine l'importance de plus en plus grande que prendraient les nanosciences et les nanotechnologies dans la science et dans l'économie de demain. Dans un éditorial daté de juin 2002, nous avons également attiré l'attention sur les risques de retard que l'Europe, et plus particulièrement la France, semblaient prendre dans ce domaine, par rapport notamment aux Etats-Unis

Nous avons également commencé à faire allusion aux inquiétudes qui se manifestaient ici et là, en particulier relativement aux risques de pollution et de contamination humaine qui pouvaient résulter d'une dispersion dans la nature de nanofibres. Les plus dangereuses pourraient être des sous-produits ou retombées de la fabrication des nanotubes de carbone. L'inhalation de ces fibres ne provoquerait-elle pas des cancers pulmonaires et autres troubles analogues à ceux provoqués par l'amiante ou la silice ? Mais jusqu'à présent peu d'attention a été apportée à ces risques dans notre pays.

Un dossier consacré par NewScientist à la nanopollution (20 mars 2003) explore  la question. Les auteurs rappellent que la crainte d'une pollution par les nanotechnologies moléculaires avait déjà été évoquée dans le livre de Eric Drexler, Engines of Creation en 1986 [voir notre article]. Mais celui-ci s'était placé résolument dans la science fiction en envisageant la dissémination de nanorobots devenus incontrôlables et se reproduisant à l'infini. Actuellement c'est plutôt l'interaction des nanoparticules avec divers organes corporels qui pose problème, car les mécanismes en sont mal connus. L'Agence américaine de Protection de l'Environnement (EPA) a demandé au Center for Biological and Environmental Nanotechnology de la Rice Université à Houston, (CBEN http://www.ruf.rice.edu/~cben/) de faire le bilan de leurs inquiétudes. A la suite de quoi certains organismes de protection de l'environnement ont proposé d'établir un moratoire dans la fabrication des nanotubes afin de prendre le temps de mieux étudier leurs effets nuisibles. Le Foresight Institute de Palo Alto ( http://www.foresight.org/) qui représente le groupe de pression des industriels, s'est insurgé contre ces propositions, en affirmant que le risque d'absorption de micro et nanoparticules de carbone ne datait pas d'hier. Mais le CBEN ne s'estime pas battu et présente de nouvelles conclusions montrant les perturbations apportées par les nanoparticules de toutes origines au contact du corps humain. Des experts de la Nasa et du Houston Health Science Center ont montré que des solutions faiblement dosées de nanotubes provoquaient la destruction des cellules pulmonaires d'animaux de laboratoire. D'autres études faites dans des conditions différentes ont abouti aux mêmes conclusions. D'où un appel à l'extrême prudence lancé par ces chercheurs aux industriels fabricant les nanotubes. L'appel s'adresse aussi aux biologistes qui envisagent d'utiliser des nanoparticules pour transporter des médicaments dans le corps humain, notamment le cerveau. Les risques de pollution de l'air et de l'eau par des rejets sont également soulignés.

Les auteurs de l'article estiment que les recommandations à moratoire faites par les défenseurs de l'environnement n'ont aucune chance d'être entendues, compte-tenu des enjeux industriels des nanotechnologies aux Etats-Unis. Ils rappellent que 2,5 tonnes de nanotubes sont produites chaque jour dans le monde par 16 sociétés dont la moitié sont américaines. Le prix du gramme de nanotube, selon le type de fabrication, varie entre $2 et $750 (70 fois le prix de l'or). L'US National nanotechnology Initiative a reçu du gouvernement en 2003 700 millions de $, dont seulement 0,5 million de $ sera consacré aux études environnementales. Le Foresight Institue s'élève évidemment contre le projet de moratoire. Les experts indépendants estiment que, sans aller jusque là, il faudrait appeler les chercheurs et industriels à plus de prudence. Les effets pervers de toute nouvelle technologie sont inévitables. Mieux vaut les prévenir.

C'est dans cette conjoncture que nous devons apprécier la création et le travail du Center for Responsible Nanotechnology présenté ci-dessus. Le besoin d'un tel outil se fait sentir indiscutablement, afin de mieux faire connaître la technologie, ses perspectives et aussi ses risques. Mais comme toujours quand on se trouve en face d'initiatives individuelles, on peut se demander au service de qui (en dehors de leur propre promotion) les auteurs de celles-ci se situent : les industriels, les laboratoires, les défenseurs de l'environnement ? On peut espérer qu'ils serviront ces trois groupes d'intérêts simultanément, en fournissant une information ouverte, transparente et contradictoire. Ce sera à l'opinion des citoyens responsables, auxquels ils font appel, d'en juger. En tous cas la démarche est intéressante, au service de ce que nous avons appelé la technologie politique [Baquiast - Sciences de la complexité et vie politique, Ed Automates Intelligents, 2003]. Nous manquons certainement en Europe de tels appels au développement responsable, notamment dans ce domaine émergeant des nanotechnologies.

Notes
1. Chris Phoenix nous informe, sur le thème des nanoparticules et de la santé, de la sortie d'un livre de Robert Freitas, Nanomedicine, Volume IIA: Biocompatibility, à paraître en mai 2003. La table en est disponible sur le site  http://nanomedicine.com/NMIIA.htm .
2. Depuis la rédaction de cette page le 1er avril 2003, nous apprenons que le CRN vient de publier le 25 avril un rapport identifiant 11 risques pouvant découler du développement des nanotechnologies moléculaires, ainsi que les parades possibles.  Par ailleurs le rapport présente les avantages susceptibles d'être apportés par ces technologies et les dates éventuelles de mise en application. Il s'agit d'un travail en cours de rédaction, auquel les lecteurs sont invités à participer: http://www.crnano.org/overview.htm . Il faut saluer cette démarche coopérative, qui parait particulièrement constructive.


© Automates Intelligents 2003

 

   Sur le site
Sur le web   





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents