Flux RSS
Largué depuis la sonde japonaise Hayabusa 2 dans la nuit du 2 au 3 octobre 2018, l’atterrisseur franco-allemand Mascot s’est posé avec succès sur l’astéroïde Ryugu. Avec ses batteries, il a pu fonctionner 17 heures et récupérer, grâce à ses appareils embarqués, des données qu'il a pu envoyer à la sonde, cette dernière les renvoyant ensuite à la Terre.

Hayabusa2L'atterrissage de Mascot (Mobile Asteroid Surface Scout) sur l'astéroïde Ryugu est de bon augure pour la poursuite de coopérations scientifiques entre le Japon et certains pays de l'Union européenne, comme par exemple la France et l'Allemagne(1). Compte tenu de leurs acquis respectifs, ces pays pourraient avoir nombre d'occasions de mieux travailler ensemble. Ceci d'autant plus que la recherche scientifique américaine est de moins pourvue en ressources budgétaires, compte tenu de la préférence donnée par l'exécutif aux dépenses militaires.

Une mission lancée en 2014

Hayabusa 1 et 2
Astéroïde RyuguLa mission est conduite par l'Agence spatiale japonaise JAXA. Elle a succédé à une première mission, Hayabusa, qui avait enregistré des défaillances techniques en 2005. Le 3 décembre 2014 la sonde Hayabusa2 a alors été lancée pour un parcours de 3,2 milliards de kilomètres. Il lui a fallu trois ans et dix mois pour atteindre sa destination, l'astéroïde 162173 Ryugu. Situé  à 325 millions de kilomètres de notre planète, cet astéroïde date de la formation du système solaire. La sonde s'est alors stabilisée à 20 kilomètres de Ryugu.

Pour larguer Mascot, Hayabusa2 s'est rapprochée jusqu'à 51 mètres seulement de l'astéroïde. La sonde japonaise l'observera au plus près pendant un an et demi, en y ayant déposé trois robots(2) récupérables (dont Mascot). Elle doit également rapporter sur Terre des échantillons de l'astéroïde pour analyse.
La mission - qui s'élève à environ 260 millions de dollars - aura une durée limitée compte tenu du court passage proche de la Terre de l'astéroïde. Elle se terminera en décembre 2020.

Atterrissage réussi

Atterissage de Mascotte sur l'astéroïde RyuguL'«atterrissage» de Mascot sur Ryugu a été un succès. Jean-Yves Le Gall, président du Centre nationale d'études spatiales (CNES) français le confirmait dans la matinée du 3 octobre : "Mascot va bien. Ses instruments sont en état de fonctionnement. Il communique parfaitement avec la sonde".
Ce micro-robot, d'un poids de 10 kg et de la taille d'une boîte à chaussures "doit travailler rapidement car dépourvu de panneaux solaires, il ne peut compter que sur ses batteries pour fonctionner (autonomie de 16 heures)".


"Après une chute d'une dizaine de minutes(3), Mascot s'est posé sur le sol très accidenté de l'astéroïde. Il a rebondi à la surface pendant environ dix minutes et s'est rapidement stabilisé", expliquait, le 3 octobre, Aurélie Moussi, directrice du projet Mascot au Cnes, précisant que "ses instruments regardaient vers le ciel, alors qu'il faut qu'ils soient tournés vers le sol pour fonctionner"(...) Ordre a été donné à Mascot de bouger, afin qu'il se remette sur la bonne face", ce qu'il a fait selon les informations transmises par le robot lui-même.

Photographie du sol de l'astéroïde Ryugu
Photographie du sol de l'astéroïde Ryugu réalisée le 3 octobre 2018 pendant l'atterrissage de MASCOT à plus de 300 millions de km de la Terre. Crédits : CNES/DLR/JAXA.

Récupérer des échantillons et les rapporter sur Terre

Pendant sa courte vie (ses batteries ont finalement fonctionné 17 heures), Mascot a transmis des données à Hayabusa2 pour l'aider dans sa principale tâche prévue pour plus tard : celle de jeter violemment sur Ryugu un projectile pour provoquer un choc en surface et collecter les poussières de ce corps céleste rocheux, qui contient du carbone et de l'eau. Ces échantillons seront ensuite rapportés sur Terre fin 2020. Le but ultime que se donne la Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) est de contribuer à enrichir les connaissances de notre environnement spatial pour mieux comprendre l'apparition de la vie sur Terre.

Mascot pour sa part est notamment doté d'un microscope infrarouge hyperspectral développé par l'Institut français d'astrophysique spatiale (IAS), qui doit permettre d'analyser la composition minéralogique du sol.
Tout à parfaitement fonctionné. Les données recueillies ont été envoyées à la sonde Hayabusa-2, qui les a relayées vers la Terre.


Vidéo : MASCOT sur l'astéroïde Ryugu - Atterrissage et instruments détaillés (animation)
MASCOT embarque 4 instruments scientifiques :
- MicrOmega, microscope infra-rouge hyperspectral pour l'analyse minéralogique in situ du sol (développé par l'IAS - France),
- Instrument CAM de MascotMASCAM, caméra multispectrale large champ pour fournir un contexte géologique aux sites visités (développé par le DLR - Allemagne),
- Instrument MAG de MascotMasMag, magnétomètre 3 axes pour l'étude des propriétés magnétiques de l'astéroïde (développé par l'Université Technologique de Braunschweig - Allemagne),
- Instrument MARA de MascotMARA, radiomètre pour mesurer la température de la surface et déterminer l'inertie thermique de l'astéroïde (développé par le DLR - Allemagne).

Vue écorchée de Mascot, montrant les instruments qu'il emporte
Vue en écorché de Mascot
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin
puce note Notes
(1) La présente mission japonaise Hayabusa 2 a bénéficié d’une coopération étroite avec le CNES (responsable notamment du choix de la zone d’atterrissage de Mascot) et le D.L.R. (les agences spatiales française et allemande), et avec les scientifiques de ces deux pays – en particulier l’Institut d’astrophysique spatiale d’Orsay.

(2) Deux petits robots "rovers" Minerva-II1A et Miniverva-II1B avaient déjà atterri sur l'astéroïde le 21 septembre (confirmé par JAXA le 22 septembre). Ces robots sont dotés de capteurs de température et de capteurs optiques (7 caméras).



(3) Pas besoin ici de système de freinage pour la descente : la force de gravité qu’exerce cet astéroïde de quelque 900 mètres de diamètre est tellement faible que la chute de Mascot a duré plusieurs minutes. Au terme de cette étape, l'atterrissage s’est produit à une vitesse d'environ 0,5 km/h.
puce note Voir aussi
- Hatabusa2 (JAXA)
- Hayabusa2/Mascot (CNES)
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
  • messagerie
  • impression

A Lire aussi

Cosmologie - Physique - Mathématiques - Vivant - Univers - Intelligence artificielle
Univers - Paléontologie - Univers - Paléobiologie - Vivant
Informations légales | Données personnelles