Flux RSS
L'Argentine, qui exerce la présidence du G20 depuis le 1er décembre 2017, accueille pour la première fois le Sommet des chefs d'État et de gouvernement le 30 novembre et 1er décembre 2018 à Buenos Aires. Cette présidence, placée sous le thème "Bâtir un consensus pour un développement juste et durable", compte l trois grandes priorités: l'avenir du travail ; l'infrastructure pour le développement et la sécurité alimentaire.
 
Selon un texte officiel(1), l'Argentine qui assure la présidence du G20(2) souhaite s'inscrire dans la continuité de la présidence allemande, tout en insistant sur trois grandes priorités pour le pays:
 
  • les questions liées à l'emploi, au numérique et à l'éducation, sous l'angle de l'avenir du travail à l'heure du numérique, avec un accent particulier mis sur l'emploi des jeunes et sur la formation.
    Objectif : réduire la fracture numérique et  permettre l'adaptation des compétences des travailleurs.
Si l'Argentine n'est pas particulièrement en retard dans le numérique, surtout à Buenos Aires et dans la région, elle doit  faire face à une offensive permanente des Grands de l'Internet américain pour monopoliser la discussion sur les enjeux et les solutions.
 
  • le financement de projets d'infrastructure en faveur du développement
Ce besoin est particulièrement urgent, vues l'étendue du pays et l'importance du trafic maritimes y transitant. Le gouvernement argentin voudrait y susciter l'intérêt des investisseurs privés qui, selon lui, s'en remettent beaucoup trop aux financements gouvernementaux, le secteur étant considéré comme peu rentable. 
 
  • l'agriculture durable, avec un accent sur la productivité des sols sans nuire à l'environnement.
Comme partout dans les pays dotés de vastes espaces agricoles, c'est une mécanisation brutale et un emploi excessif d'ajouts chimique qui permet la rentabilité des cultures. L'Argentine souhaite également faire le point sur la question de la régulation internationale des prix agricoles, abordée sous l'impulsion de la présidence française du G20 en 2011, et n'ayant guère progressé vu les exigences d'une concurrence internationale sauvage.
 

Exigences de l'actualité

Mais lors du Sommet, tous les yeux seront tournés vers deux questions ne figurant évidemment pas au programme officiel :
  • l'évolution des rapports entre Donald Trump et Vladimir Poutine :
    les deux présidents devraient être présents en Argentine et s'y rencontrer. Selon Sputnik(3) le Kremlin n'en attend pas de résultats particuliers, vu le blocage actuel des relations.
    Nous verrons le moment venu ce qu'il  en a été.
     
  • la présence ou non à ce Sommet de Mohammed bin Salman (MBS), futur dirigeant de l'Arabie Saoudite... et, en cas de présence, quel accueil recevra-t-il des autres chefs d'Etat, compte tenu de son implication de plus en plus évidente dans le meurtre de Jamal Khashoggi(4)?
A suivre donc...
 
A savoir :
Ce sommet de 2018 marque le 10e anniversaire du premier sommet, qui eut lieu en 2008 en réponse à la crise financière mondiale, avec l'objectif de renforcer la coopération économique internationale.
Depuis, les membres du G20 se réunissent chaque année pour examiner un large éventail de questions liées à la coopération économique et financière.

Le G20 réunit 19 pays(5) et l'Union europénne(6) [qui sera représentée à ce Sommet par Donald Tusk, président du Conseil européen, et Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne].

Les membres du G20 représentent plus de 80 % du produit intérieur brut (PIB) de la planète et près de deux tiers de la population mondiale.
 
Jean-Paul Baquiast
puce note Notes

(1) "Overview of Argentina's G20 Presidency 2018"
(2) Site du G20
(3) "Sputnik : Sommet G20 en Argentine"
(4) "MbS fingered again for the Khashoggi murder to undermine him ahead of the G20 Buenos Aires summit" (site Debka file) ainsi que "MbS, on se voit au G-20 ou pas ?" (site dedefensa)

(5) Afrique du Sud, Allemagne, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, États-Unis, France, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Union européenne.
(6) L'UE a son propre siège à la table du G20, étant donné qu'elle est l'une des plus importantes zones économiques mondiales et qu'elle dispose de compétences spécifiques en matière de commerce, de politique économique, de réglementation financière, de développement, d'énergie et de changement climatique.  Ainsi, elle est membre à part entière du G20, tout comme quatre de ses États membres: la France, l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni. L'Espagne, pour sa part, est un invité permanent du G20.
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
  • messagerie
  • impression

A Lire aussi

Chine - Etats-Unis - Industrie - Finance - Intelligence artificielle
Informations légales | Données personnelles