Flux RSS
La guerre de l'espace est-elle devenue réalité ? Afin de contrer la Russie qui s'est équipée de missiles hypersoniques (la Chine étudie également la question), les Etats-Unis viennent de lancer - via son Agence de défense américaine (DARPA). un appel à contributions destiné à doter ce pays d'un système de défense satellitaire.
Le Pentagone a récemment découvert le danger représenté par les missiles hypersoniques russes dont l'existence avait été dévoilée par Vladimir Poutine en mars 2018(1).
De tels missiles, tels le Tzircon qui devrait être prochainement mis en service, peuvent être lancés puis manoeuvrer à une vitesse d'environ cinq fois celle du son. La Chine a aussi décidé de se doter de tels missiles.

Missile. Vue d'artiste

Ceci les rend quasiment impossibles à intercepter par les systèmes anti-missiles américains tels que le  Patriot,  le THAAD, le  Ground-Based Mid-Course Interceptor  et les intercepteurs SM-3 Aegis pouvant être portés par des navires. [On notera que malgré cela, les pays alliés de l'Amérique sont vivement incités à se procurer de tels systèmes auprès d'industriels américains, à des coûts d'ailleurs fort élevés.]

Pour son propre usage, le Pentagone étudie dès lors  des systèmes anti-missiles plus efficaces. La meilleure solution actuellement retenue consistera en ce que l'on nomme depuis la guerre froide - où il n'avait pas été sérieusement étudié -  le système Brilliant Pebles. Il s'agirait de centaines voire de milliers de petits missiles orbitant dans l'espace au-dessus de pays qui pourraient se révéler potentiellement dangereux à cause de leurs armements. De tels missiles rendraient le Tzircon russe et autres analogues incapables d'atteindre leurs cibles. Ils seraient détruits dans l'espace dès leur lancement.

Vers un système de défense satellitaire américain

La DARPA, l'Agence de recherche de défense américaine (Defense Advanced Research Project Agency), a rendu récemment public un appel à contributions. Lancé auprès des industriels de défense américains, il a pour objet l'étude d'un système de défense satellitaire intitulé  “Time-Sensitive Target Mission Payloads Demonstration.”
L'appel à projets invite les entrepreneurs à soumettre des idées pour une «démonstration de charges utiles de missions ciblées et urgentes». Le projet se concentrera sur la manière d'utiliser les charges utiles spatiales et les technologies de l'information pour cibler des «cibles sensibles aux contraintes de temps' (c'est-à-dire raccourcir la chronologie du ciblage des missiles ennemis).
Les contrats d'étude seront attribués dans les mois suivants et un contrat pour une démonstration réelle pourrait être attribué à l'automne. Seuls les entrepreneurs américains avec des autorisations secrètes sont autorisés à participer.

La gestion du projet devrait être confiée à la nouvelle Space Development Agency(2) que vient de mettre en place Donald Trump. Le système de défense proposé devra être capable de détruire des missiles adverses dès leur lancement, avant qu'ils ne puissent atteindre leurs objectifs. Pour cela des technologies spatiales sont indispensables.
Ainsi, le Pentagone souhaite que les capteurs spatiaux sur lesquels il est possible de compter fonctionnent même dans des conditions défavorables telles que l'activité solaire, les ceintures de radiation et les débris orbitaux.
Ces charges utiles «extrairaient les informations sur les cibles en présence d'encombrement et de bruit; traiteraient les informations internes et externes en temps réel ; fonctionneraient dans des conditions environnementales physiques et thermiques difficiles. "
Ces capteurs spatiaux devront être connectés à un cerveau artificiel identifiant de manière autonome les cibles et ainsi minimise la chaîne de destruction» ou le temps nécessaire pour identifier et abattre une cible.
Le défi pour les entrepreneurs est de savoir comment transmettre et traiter les informations provenant de capteurs dans l’espace afin d’intercepter les batteries de missiles au sol ou en mer avec un temps de latence minimal.
Ceci  recoupe à certains égards les efforts déjà déployés à la DARPA dans le cadre du projet Blackjack,  qui étudie comment développer une couche de capteurs dans l’espace pour détecter et suivre les missiles hypersoniques.

Ceci montre que la guerre dans l'espace pourrait devenir rapidement une réalité : nous ne sommes plus ici dans la simple observation via satellites militaires(3) d'observation.

Faut-il aussi alors s'attendre à ce que les nombreux satellites civils actuellement en service fassent à terme partie de potentielles destructions ?
 
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

 
puce note Notes
(1) Voir notre précédent article "A propos des missiles supersoniques russes".
(2) Voir notre précédent article "Donald Trump réafforme la totale domination spatiale américaine".
(3) On compte actuellement quelque 400 satellites militaires autour de notre planète, tous pays confondus.
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
  • messagerie
  • impression

A Lire aussi

Japon - Europe - Etats-Unis - Spatial - Inde - Chine
Informations légales | Données personnelles